La première édition du salon Virtuality se tenait la semaine dernière et ce week end au 104 à Paris. We are Social y était avec la startup VRTUOZ. Une occasion de tester la maturité du marché et la réception des publics de la #SocialVR, cette association entre réalité virtuelle et réseaux sociaux. Retour d’expérience sur le Salon.

Ce premier salon parisien dédié à la réalité virtuelle a été un succès à plusieurs titres : d’abord parce que la fréquentation a été au-delà de nos espérances. Les organisateurs attendaient 10 000 personnes et ce sont 16 000 visiteurs qui sont venus, au point qu'ils ont dû fermer la billetterie samedi et dimanche. Ensuite parce les marques étaient présentes, curieuses d’expériences et désireuses d’engranger de la connaissance. Elles ont compris les enjeux de la réalité virtuelle à court et moyen terme.

La #SocialVR a été non seulement bien reçue mais aussi comprise par les professionnels et le grand public. C’est une proposition qui fait sens parce le phénomène est déjà là et que la convergence semble assez évidente : un des futurs des réseaux sociaux qui passera par la réalité virtuelle.

We Are Social en mode pionnier

Nous présentions sur le salon “Le Virtuality Rooftoop”, un espace online en 3D où les internautes pouvaient se retrouver à plusieurs sous forme d’avatars pour discuter, se rencontrer et partager des contenus à plusieurs.

Côté applications : la formation, les conférences, ou la retransmission live ou différé d'événement constituent les premières marches d’une offre très concrète.

Nous avons d’ailleurs profité de cet espace pour organiser une conférence virtuelle / performance, organisée avec Frenchweb et plusieurs personnalités de la VR. Pendant une heure, nos invités se sont retrouvés sur le rooftop pour discuter #SocialVR, avatars et corps virtuels.

Pour suivre la conférence trois moyens : directement en VR via la plateforme VRTUOZ où que vous soyez ; en live sur la page FB de We Are Social ; et enfin, toujours en live retransmis sur l’écran du stand.

Nous avons également donné avec Gildas Dussauze, (CEO VRTUOZ) une conférence croisée pour expliquer comment la VR allait devenir un des futurs des réseaux, devant une salle bien remplie.

Enfin puisque la #SocialVR est bien sûr une histoire de conversations nous en avons profité pour poser la question de la #SocialVR aux talents de la French VR. Ils nous ont confié ce qu’évoquait pour eux la réalité virtuelle social : Gilles Freissinier (ARTE), Antoine Cayrol (OKIO STUDIO), Greg Madison (UNITY LABS), Maxime Labiere (MK2 VR) et bien d’autres.

À suivre dans les jours qui viennent leur interview en 360 sur notre chaine YouTube et en réalité virtuelle sur la plateforme VRTUOZ.

La VR Room WeAreSocial - #SocialVR

La #SocialVR, ce n’est qu’un début

On a l’habitude de dire que la VR n’est pas sociale, qu'elle isole du monde et des autres. Nous pensons qu'il ne s'agit que d'une posture extérieure à l'expérience. Elle ne dit absolument rien de ce qui est vécu par le porteur du masque, de l’Autre coté du miroir. Un lecteur plongé dans un livre au point de rater sa station de métro ne reçoit pas, lui, ce type de critique… Avec la VR sociale, ce sont d’autres relations, d’autres conversations parallèles, d’autres amitiés qui émergent au sein d'une réalité alternative.

Dans les mois qui viennent, nous continuerons à faire évoluer le Virtuality Rooftop au fil des semaines, véritable laboratoire à ciel ouvert. Restez connecté, il devrait y avoir quelques surprises ;-)