#GPEXPLORER : de Twitch aux pistes 🏎️

Ce week-end Squeezie rassemblait 22 streamers et youtubeurs, 40 000 spectateurs et 1 millions de téléspectateurs autour du célèbre circuit Bugatti du Mans. Depuis 6 mois, les audiences des Domingo, Djilsi, Amixem, Gotaga, et autres stars du social média – dont certains n’avaient même pas le permis de conduire – ont pu découvrir avec eux la conduite d’une F4. Un engouement légendaire avec des conversations à faire pâlir d’envie les grands prix de F1.

Et si avec le Grand Prix Explorer, les créateurs redéfinissaient les standards des compétitions sportives ?

#1 La compétition sportive la plus engageante (de l’année)

Si on s’attendait à un succès, on ne s’attendait pas à ce que la compétition lancée par Squeezie devienne l’événement sportif de l’année. Si la présence de 40 000 fans levés à 5h du matin, venant de la France entière, pour voir leurs stars de Twitch et de YouTube sur la piste légendaire est déjà une preuve de la réussite de l’opération de Squeezie, le million de téléspectateurs sur la plateforme de livestreaming fait lui événement. Jamais en France une chaîne Twitch avait rassemblé une audience similaire à Canal+ lors du Grand Prix de France de juillet 2022. Jamais en France une chaîne n’avait rassemblé autant de gens. Un nouveau record pour Squeezie et sa team.

La compétition n’a pas seulement eu lieu sur la piste et sur Twitch. Elle s’est aussi tenue sur les différentes plateformes social média. Les fans sur place ou devant le live ont partagé les moments forts, émotions qui les ont marqués, et pas qu’un peu. Avec 237K conversations en France sur les réseaux, le GP Explorer surplombe les différentes compétitions du week-end : 

Même le vainqueur, Sylvain de la chaîne Vilebrequin, youtuber fan de conduite automobile, est devenu un sujet de conversation 3 fois plus important que le double champion du monde de F1 et vainqueur du Grand Prix du Japon le même week-end, Max Verstappen.

Peut-être l’événement sportif internet de l’année. Le GP Explorer atteint les chiffres de la Pixel War d’avril dernier qui rassemblait déjà sur Reddit les grands streamers français que sont Squeezie, Kameto, ZeratoR, Locklear ou Antoine Daniel. Une autre compétition pendant laquelle ils invitaient leurs fans à poser un pixel de la couleur de leur choix dans l’objectif de réaliser une fresque commune aux couleurs de la France.

#2 Défier le spectaculaire des Grands Prix

Après Domingo qui rassemble les fans de son émission Popcorn lors d’un festival inédit dans le village de Montcuq dans le sud de la France, c’est au tour du premier créateur francophone sur Youtube d’inviter sa communauté à un événement IRL. Un événement qui ne fait pas qu’emprunter les codes des courses de F1 si populaires. Squeezie n’a pas seulement organisé une compétition sportive entre streamers et youtubers, il a pensé un programme de divertissement étalé sur plus de 6 mois dont la course est l’apothéose.

Depuis le Zevent dernier, événement où les donation goals flirtent avec l’impossible – on a pas oublié les 7 jours de survie d’Inoxtag sur son île déserte – les communautés peuvent suivre les initiations à la conduite d’une F4 des 22 futurs coureurs. Chacun partageant sur sa chaîne personnelle son propre contenu, permettant de voir semaine après semaine les behind the scenes de la préparation de la compétition en attendant le grand jour. En parallèle, un compte Instagram dédié relayait les annonces, anecdotes, coulisses, relatives à toute la mise en place du Grand Prix Explorer.

Les 22 streamers et youtubers qui vont disputer la course ne sont pas les seuls créateurs à prendre part à l’événement. Squeezie fait appel à tout un ensemble de créateurs au cœur de la creator economy. Par exemple, le live est animé par les streamers Kameto et CODJordan, Samuel Lamidey (@raegular), directeur artistique des derniers albums d’Orelsan, Lomepal, ou encore Alpha Wann, a réalisé le design des voitures et combis de la team Squeezie et Gotaga. 

Une opportunité sans précédent pour les marques qui cherchent à toucher et créer une affinité culturelle avec les communautés – très GenZ – de ces nombreux créateurs. Chaque équipe était sponsorisée par une marque dont certaines déjà bien connues des communautés. Suite à l’accident de Joyca pendant les qualifications, la marque Rhinoshield a été vivement discutée par les utilisateurs, représentant 80 % des conversations parmi les marques présentes sur l’évènement. Sous un ton décalé, ces derniers ironisaient sur la protection de la voiture, en faisant un comparatif avec la coque de téléphone. 

Les autres marques ont davantage été discutées sur leurs livrées. La monoplace #MWII de Squeezie et Gotaga a été mise en avant par les fans sur Instagram, appréciant son vert fluo. L’Alpine de Djilsi et Manon Lanza n’est pas passée inaperçue dans le paddock, les fans estimant que la monoplace était même plus belle que la monoplace en Formule 1

#3 Les gamers, les grands coureurs du futur ?

Dans un secteur où le coût de développement d’un pilote peut atteindre des sommets, les instances de la Formule 1 ont compris l’intérêt de développer des compétitions sportives virtuelles. Créée dès 2017 par Formula One Management et Liberty Media, la compétition F1 eSport Series a été boostée par le confinement engendré par la crise du covid. Au cours de cette période, plusieurs pilotes de F1 comme Alex Albon, Georges Russell ou encore Charles Leclerc avaient pu enfiler les gants de courses, leur permettant ainsi de compenser l’absence de compétition et de donner de la visibilité à leur écurie. Cette compétition est aussi l’occasion pour les écuries de s’inscrire durablement dans l’industrie de l’eSport et de toucher d’autres communautés. 

En 2022, le gamer Turc Cem Bölükbaşı est devenu pilote puisqu’il s’est engagé avec l’écurie tchèque Charouz en Formule 2, l’antichambre de la Formule 1. En s’inspirant du parcours de ce pilote Turc, les gamers se croient maintenant à rêver d’un avenir sur l’asphalte, Sur le #GPExplorer, le tout nouveau champion du monde de F3 Victor Martins a même été surpris de la passe d’arme sur les 15 tours de la course entre Depielo et Sylvain Levy, une prestation digne de “vrais pilotes” selon lui. Des exploits qui font rêver Squeezie, au point d’envisager le GP Explorer comme “un [futur] incubateur de vrais pilotes qui eux iraient vraiment faire une saison en F4.”

À l’heure où le divertissement semble faire la loi sur les plateformes. À l’heure où les créateurs ont une place toujours plus importante auprès des utilisateurs social média, les streamers sortent de derrière leurs écrans pour offrir des événements communautaires sans précédents. Comme s’ils renouvellaient leur approche de la création et de la consommation de contenu entremêlant IRL et numérique. Une approche qui n’est pas sans évoquer des campagnes à la Fortnite x Balenciaga ou les Crypto Bees de Guerlain. Une approche qui pourrait revoir la donne des collaborations entre marques et créateurs pour sortir des formats presque déjà devenus des discours publicitaires ?