Fonctionnalités, formats, tendances, études, nouvelles sources de monétisation... Que faut-il retenir de la semaine en social média ? Facebook s'engage pour la protection de la vie privée, de nouveaux formats déployés dans les retweets, YouTube défie Amazon.

Facebook s’engage pour la protection de la vie privée

Lors de sa dernière conférence annuelle F8, Facebook a envoyé un message clair : la plateforme veut désormais être perçue comme une référence concernant la confidentialité des données. Mark Zuckerberg a ainsi exposé six principes fondamentaux qu’il souhaite intégrer rapidement : les interactions privées, le cryptage, la réduction de la permanence, la sécurité, l’interopérabilité et le stockage sécurisé des données. Autre annonce majeure du F8,  Facebook s’apprête à opérer une refonte conséquente de Messenger, avec un accent mis sur la connexion avec les amis proches, ou encore le développement de nouvelles fonctionnalités (à l’image de « Watch together » qui permettra aux utilisateurs de regarder des vidéos simultanément). Plusieurs améliorations concerneront également Instagram, dont un sticker “donations” qui permettra de créer des collectes de fonds dans les Stories ; la possibilité d’acheter des produits directement via les photos d’influenceurs ; ou encore une interface de caméra améliorée.

Des liens d’achat en test sur YouTube

Google a lancé un test qui consiste à afficher des produits recommandés sous les vidéos YouTube, accompagnés du prix et d’un lien vers le site vers Google Express. Cette nouveauté, visant à concurrencer Amazon, va permettre à une personne qui regarde une vidéo d’être intéressée par tel ou tel produit et de l'acheter dans la foulée.

Facebook favorise les contenus originaux les plus engageants

Facebook  vient d’annoncer des changements à son algorithme qui va désormais faire remonter dans les fils d’actualité les vidéos dont le contenu est original, qui ont engagé longtemps les utilisateurs et qui ont été regardées de façon répétée. Il donnera également plus de visibilité aux vidéos regardées plus de trois minutes. Dans le même temps, le réseau social va sanctionner les vidéos exploitant du contenu déjà posté un peu partout ou du contenu non crédité. Facebook se place donc sur les pas de YouTube qui promettait récemment que son propre contenu original deviendrait gratuit et financé à terme par la publicité.

Instagram teste la suppression des likes sur ses pages au Canada

C’est au Canada, connu pour son public féru de technologie et de réseaux sociaux, qu’Instagram a choisi de mener son premier test sans afficher le nombre de likes sur ses pages. Celui-ci a suscité de nombreux commentaires :  s’il en choque certains, d’autres y voient une façon de casser la spirale aux likes et aux concours de popularité, qui peuvent s’avérer anxiogènes et toxiques. Le test n’est pas sans poser problème pour les influenceurs qui sont souvent identifiés et valorisés grâce à leur nombre de likes mais un porte-parole du réseau social assure qu’il cherche d’autres moyens de communiquer leur valeur.

Des GIF, photos et vidéo dans les retweets

À la demande des utilisateurs, Twitter vient d’ajouter la possibilité d’intégrer un GIF animé, des photos ou une vidéo dans un retweet. Pour le moment uniquement disponible sur la version mobile, la nouvelle fonctionnalité est intégrée à la barre d’outil lorsque l’utilisateur décide de faire un retweet avec un commentaire.

Facebook travaille sur son Creator Studio pour Instagram

Facebook teste actuellement une nouvelle interface de Creator Studio pour Instagram, qui serait directement intégrée à l'application existante Facebook Creator Studio, lancée l'année dernière. Les utilisateurs d’Instagram Creator Studio pourront accéder plus facilement à tout un panel de statistiques d’analyses (engagement, informations démographiques, pics d’activités de l’audience, etc…). Mais pour le moment, tout le monde n’a pas encore accès à cette nouvelle option...

YouTube soutient ses créateurs

Susan Wojcicki, la PDG de YouTube, vient de faire une longue déclaration pour rassurer les créateurs de la plateforme. Le géant du streaming a ainsi promis de trouver un juste équilibre entre les titulaires de droits d’auteur et les créateurs. De plus, en ce qui concerne la mise en avant des vidéos dans la section “tendance”, la plateforme s’engage à ce qu’au moins les contenus proviennent pour moitié des YouTubers, tandis que le reste sera issu de la musique et des médias traditionnels.