Internet fourmille de contenus qui peuvent nous faire rire, nous effrayer, ou nous donner espoir en l'humain. Au delà des trolls et des lols, si vous savez ce que vous cherchez sur la toile, les mèmes et autres tweets peuvent être les signaux avant-coureurs de véritables changements culturels et de comportements sociaux plus profonds. 

Cette semaine, nous explorons les dernières tendances en matière de filtres Instagram, les tweets de résolution du Nouvel An et le fandom à l'ère de l'indignation.

Quel personnage êtes-vous ? Ces filtres qui croisent selfies et quizz Buzzfeed à la perfection

Si vous étiez sur Instagram ces dernières semaines, vous en avez obligatoirement vu un :

Ça a commencé avec les personnages de Disney. Mais vous pouvez désormais savoir dans quelle maison Harry Potter vous êtes, quel chat d’Internet vous êtes, quel personnage de Sailor Moon vous êtes ou encore quel Pokémon vous êtes. Il y a un filtre pour tout le monde ! Combiner les éléments les plus addictifs du paysage numérique en un seul moment fort, c’est clairement ce qu’Internet fait de mieux.
Voici quelques clés du succès de ces filtres : 

  • Ils rendent l’utilisateur unique. Tout comme les quiz Buzzfeed, ils invitent le plus grand monde à participer et donnent aux internautes un moyen d’exprimer leur individualité... (Vous pouvez ainsi dire à tout le monde si vous êtes un "Ron" ou une "Hermione", par exemple).

  • Ils sont accessibles. Participer au mème est aussi facile que de se prendre un selfie...

  • Ils sont conviviaux pour les fans. Les multiples déclinaisons de filtres sur le thème de différentes franchises donnent aux gens un moyen d’exprimer leurs fandoms.

  • Ils jouent sur l’image des utilisateurs. Ces filtres impliquent l'affichage d'une vidéo de votre propre visage, et ont donc à court terme, un effet certain sur l'estime de soi.

Les créateurs récoltent les bénéfices de cette tendance. L'homme derrière le filtre Disney - le photographe et vidéaste Arno Partissimo - a augmenté le nombre de ses followers de plus de 570 000 personnes en l'espace d'une semaine après le lancement de son filtre. Ces filtres sont l’archétype de ce à quoi ressemble le contenu viral d'Instagram.

Les tweets de bonnes résolutions fournissent des insights sur les grandes valeurs collectives du moment.

Avec le début de chaque nouvelle année vient la promesse d'un Dry January, d’un Veganuary, et de toutes autres tentatives d'amélioration personnelle, dans l’idée de repartir à zéro - ce levier psychologique est renforcé cette année, étant donné que nous sommes au début d'une nouvelle décennie. Sur Twitter, les personnes qui parlent des résolutions se divisent en deux grandes catégories : celles qui racontent comment elles seront meilleures cette année, et celles qui se moquent des gens et de leurs promesses. Cette année, la première catégorie a évolué en fonction des récits culturels qui ont atteint leur apogée en 2019. Des tweets de ce genre :

Tweeter à propos des résolutions du Nouvel An a toujours été le moyen de se mettre en avant ; que vous arrêtiez de fumer ou que vous retourniez à la salle de sport. Mais les tweets de ce genre indiquent des résolutions qui mettent l'accent non plus sur l'amélioration personnelle mais sur l'amélioration collective - alors que certains refusent de soutenir Facebook dans ses efforts antidémocratiques, d'autres s'engagent à sauver la planète.
En fin de compte, il s'agit toujours d'utiliser la nouvelle année pour signaler sans vergogne nos vertus. Mais ces résolutions impliquent un changement vers un plus grand bien. Une analyse des tweets de 2019 a montré une hausse similaire des résolutions collectives. Et pour le meilleur ou pour le pire, comprendre ce à quoi les gens aspirent est un excellent moyen de comprendre ce qu'ils sont prêts à dépenser en janvier - au-delà des coûteux mixeurs et des abonnements aux salles de gym.

Ce TikTok dépeint parfaitement l'état de la fan culture en 2020

C'est la saison des prix à Hollywood, ce qui signifie que les communautés de fans sont en furie, se ralliant pour les acteurs, les réalisateurs et les films qu'ils adorent. Le TikTok en question.

L'énergie chaotique de cette vidéo capture parfaitement la fan culture en 2020. L'une des grandes joies des médias sociaux est leur capacité à donner une voix aux communautés de niche, et pour les fans purs et durs en particulier, cela s'accompagne d'un énorme pouvoir culturel. La campagne #SaveBrooklyn99 a vu la série annulée par la Fox ressuscitée par NBC, tandis que le film Sonic the Hedgehog a été retardé suite à la réaction horrifiée du public face au design du personnage dans la bande annonce.

Les communautés de fans ont passé les deux dernières années à réaliser qu'elles avaient le pouvoir de mettre en œuvre de véritables changements - surtout lorsqu'elles sont en colère. Mais avec des cérémonies de remise de prix toujours régies par des institutions archaïques (déjà cette saison, les gens ont exprimé leur indignation à propos des nominations pour le BAFTA, manquant de diversité, et les Golden Globes ont reçu leur part de haine pour avoir censuré le discours de Joaquin Phoenix), la notion de service aux fans est souvent perdue, les nominations continuant à susciter la controverse. C'est un fandom à l'ère de l'indignation et de la culture de l'annulation - définie par le conflit et l'agression.