L’année 2015 vient de démarrer, et comme bien souvent à cette période, on s’attache tous à imaginer de quoi l'avenir, à plus ou moins long terme, sera fait.

Dans un environnement digital en constante évolution, cet exercice qui consiste à tenter de lire dans l'avenir est clé. Début 2014, le reach organique Facebook existait encore et le mot “vlogger” n’était pas si courant. Au cours de l’année passée, les applications de messagerie instantanée ont explosé et les réseaux sociaux “fermés” tels qu’Ello ou Tor ont attiré l’attention.

En 2015, nous verrons de nombreuses tendances 2014 se confirmer, au même titre que de nouvelles. Nous verrons une approche du social media par plateforme perdre de son importance. Plutôt que de mettre en place des dispositifs Facebook ou Twitter, l’accent sera mis sur la compréhension des comportements sociaux, la création d’idées que les gens auront vraiment envie de partager, dont ils auront envie de parler. Parallèlement, l'industrie sociale, désormais mature, se devra de prouver aux marques le ROI des initiatives social media.

Bien entendu, il y a des similitudes et des différences dans les challenges et les opportunités auxquelles chaque marché va faire face ces prochains mois. Et comme We Are Social couvre les 5 continents grâce à ses 9 bureaux, nous avons demandé à notre board international de partager leur vision des tendances qui vont émerger ou apparaître en 2015.

Sandrine Plasseraud, directrice générale, We Are Social France
La transformation digitale
L’économie digitale n’est pas chose nouvelle, cependant sa rapide évolution impacte les entreprises de façon drastique. 90% des données mondiales ont été créés au cours des 2 années précédentes. Au lieu de survivre grâce à des campagnes court-termistes, les marques doivent désormais communiquer via du storytelling en fil rouge, et ce afin d’être visible dans un monde leadé par la data. La création de contenu n’est plus suffisante cependant. Nous avons désormais des outils de curation d’algorithme, comme celui de Facebook, qui rendent les choses compliquées. Les entreprises se battent pour l’attention du public - la notion d'attention continue partielle ("continuous partial attention") illustre que les individus partagent désormais leur attention entre devices, activités de tous les jours et conversations offline, dans un désir d’être reconnus parmi leurs pairs et par peur de manquer quelque chose (le fameux FOMO ou “fear of missing out”). Comment, en tant qu’entreprise, peut-on capter l’attention des consommateurs dans ce contexte, les capter dans leur quotidien, sans être dans l’interruption ? Cela va devenir un challenge encore plus grand avec l’arrivée des smartwatches et la montée du “glance media” qui lui est associée.

La production de contenu devra prendre en compte la notion de proximité ambiante et potentiellement, dans un futur proche, l’émotion des utilisateurs. La scène digitale est extrêmement complexe pour les entreprises, et continuera de le devenir de plus en plus en 2015 et au-delà. Le besoin de transformation digitale est crucial. La plupart des entreprises ont annoncé avoir embrassé cette transformation, mais en réalité, elles se sont concentrées sur la technologie et les canaux plutôt que sur l’organisation et l’humain. Les entreprises ont désormais besoin de mettre les consommateurs au centre de l’organisation, faire voler les silos en éclat, penser “brand utility”, c’est-à-dire penser à la façon d’être utile aux consommateurs plutôt que de se concentrer sur la technologie et les plateformes. C’est ce que nous appelons le Social Thinking.

Leila Thabet, Managing Director, We Are Social USA
Le "mobile first" remplacé par le "mobile par défaut"
Un téléphone mobile n’est plus seulement un téléphone depuis bien longtemps, mais plus que jamais les mobiles et les tablettes deviennent l’accès privilégié au digital pour les consommateurs. La réalité du “Mobile First”, qui fait du mobile une plateforme leader pour l’innovation, est remplacée par le “Mobile par défaut’”, dans laquelle le mobile devient le principal moyen d’engager les consommateurs. Alors que ces nouvelles normes prennent forme dans les mains (et aux poignets !) des consommateurs, les marques devront se préparer à trouver de nouveaux moyens d’offrir de la valeur et d’engager dans des contextes divers et "always on". Des applications faciles à utiliser, des campagnes concises et visuelles deviendront vitales pour les marques si elles veulent utiliser les technologies mobiles efficacement dans le but de capter l’attention des utilisateurs et faire leur storytelling.

Jim Coleman, Managing Director, We Are Social UK
Le Marketing 24/7
La popularité des médias sociaux signifie que ce ne sont plus les marketeurs qui décident à quel moment engager avec les consommateurs, c’est bien la cible, en fonction de son lifestyle et de ses préférences. De nombreuses marques avec lesquelles nous travaillons s’adressent à des audiences mondiales, rendant la tâche encore plus difficile. Comme notre directrice éditoriale, Charlie Cottrell, l’a écrit plus tôt cette année, les modèles éditoriaux devraient désormais refléter les comportements 24H/24H et 7J/7J des consommateurs. Les marketers auront besoin de prendre en compte les habitudes et les comportements de leur audience quand ils créent et publient du contenu sur n’importe quelle plateforme. Ils auront besoin d’analyser les données générées par ce contenu (avec une attention particulière sur le business, pas juste sur des KPIs social media), pour comprendre ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas, et ainsi avoir une stratégie long terme plus efficace.

Gabriele Cucinella, Stefano Maggi, Ottavio Nava, Managing Directors, We Are Social Italia
L’engagement auprès des influenceurs va revenir sur le devant de la scène
Dans un monde où le reach est crucial, un reach qualifié, et la performance aussi, les influenceurs font toujours partie des meilleurs et des plus efficaces leviers de communication sur lesquels les marques peuvent capitaliser pour s’adresser à des audiences spécifiques. Nous verrons une transformation dans la façon dont les influenceurs et les marques collaborent, d’une approche ponctuelle (surtout basée sur du earn media) à des modèles de partenariat plus structurés (surtout basés sur du paid) où les deux parties peuvent collaborer en fil rouge et co-créer un storytelling sur le long terme.

A la recherche de contenus et de conversations
En 2015, les gens auront de plus en plus d’outils pour trouver du contenu, et les plateformes sur lesquelles ils ont trouvé ce contenu vont évoluer. Google ne sera plus le seul outil utilisé par les internautes pour leur recherche, des plateformes sociales comme Facebook et Twitter proposent des solutions puissantes pour les utilisateurs qui sont en recherche d’informations spécifiques ; les gens choisiront les canaux qu’ils ont l’habitude de fréquenter comme des plateformes de recherche. Dans ce revirement important, les médias sociaux constituent une destination de choix pour rechercher du contenu et les marques apprendront à planifier des stratégies qui reflètent cela, pensant aux canaux sociaux comme des canaux de recherche aussi.

Simon Kemp, Regional Managing Partner, Asia
L’importance croissante de la "Découverte"
Alors que le “social” est de plus en plus ancré dans notre quotidien, le mobile nous sert de plus en plus dans nos activités de search. Les gens s’adresseront des requêtes entre eux autant qu’ils en adressent à Google, et pendant qu’une large part de ces conversations seront “dissimulées” sur des réseaux fermés comme WhatsApp ou WeChat, d’autres auront lieu sur des plateformes publiques comme Twitter.

Don Anderson, Managing Director, We Are Social Singapore
Le partage de l'hyper-expérience
Les premiers fruits de l’ère du partage de l’hyper-expérience pourrait prendre forme en 2015 avec l’arrivée d’Occulus Rift, qui est censé changer la dynamique actuelle du gaming, de l’industrie du film et constituer une bonne porte d’entrée pour des industries initialement non-liées à l’entertainment. Le potentiel réel de cette technologie qui devient omniprésente va dépendre de la possibilité pour les utilisateurs de capturer des expériences basées sur le point de vue - dévaler une pente de 30 mètres à ski pour atteindre le sommet de l’Everest - et de les partager sur les réseaux sociaux, de la même façon qu’ils le font aujourd’hui avec les vidéos et les photos. Si cette possibilité devient une réalité, alors le rachat d’Occulus Rift par Facebook aura encore plus de sens.

Bastien Scherbeck, Managing Director, We Are Social Deutschland
L'explosion de la performance sociale
En 2015, la “performance sociale” (ie: optimisée sur le social media par de l’achat média) va exploser et représenter un pourcentage plus élevé dans les dépenses médias. Cela constitue à la fois un risque et une opportunité. L’expertise analytique et la “social intelligence” à bon escient contribueront à délivrer du contenu pertinent (du simple statut à l’experience interactive), au bon moment, au bon endroit, aux bonnes personnes. Cependant, si ces compétences sont mal exploitées (ce qui a souvent été le cas à date); cela mènera à la création de contenu non pertinent pour une audience non qualifiée. Si l’industrie publicitaire veut prospérer vers un futur digital, il est essentiel que nous utilisions outils et compétences de façon responsable. Autrement, nous risquerions de perdre la valeur qui compte le plus aujourd’hui : la confiance des individus.

Se concentrer sur les performances induit également un autre risque : cela ne devrait pas interférer avec la créativité et l’innovation, avec une vision focalisée sur des “target groups”. Au lieu de ces comportements dépassés, nous devons implémenter une nouvelle vision - celle que nous appeler le “Social Thinking”.

Mobbie Nazir, Chief Strategy Officer, We Are Social
Le ROI du contenu
Si 2014 fut l’année de la création de contenu, 2015 sera celle du ROI de ce contenu. Continuez à créer du contenu, mais de façon intelligente : il est difficile de produire du contenu de qualité en quantité, alors imaginez comment vous pouvez capitaliser sur tout ce que vous créez, comment vous pouvez lui donner un nouveau sens. Arrêter de penser que le social est synonyme de gratuité. Comme pour toutes formes de communication, les inventaires sont limités et vont aux plus offrants. Faites en sorte que vos investissements fonctionnent en prenant le temps de véritablement réfléchir à la segmentation de l’audience et en ciblant vos publics sur les plateformes qui comptent pour votre marque. Mesurez l’efficacité de vos investissements en évaluant la façon dont vos efforts impactent vos ventes, pas seulement vos likes et vos followers. C'est ainsi que nous identifieront les campagnes sociales les plus impactantes en 2015, prouvant ainsi la valeur des investissements sur le social media.

Nathan McDonald, Co-Founder of We Are Social
L'innovation, l'addiction et la nouvelle norme

L'explosion du blogging qui a créé une alternative à l'univers des médias et de l'opinion a eu un effet libérateur, laissant entrevoir des possibilités excitantes, contrastant avec l'approche mass média de la dernière décennie. Depuis, nous avons vu la tendance prendre une autre direction avec des inquiétudes quant à l'impact sur la monétisation, l'utilisation des données à des fins commerciales et gouvernementales, ainsi que l'impact physique, psychologique et social d'internet et de l'usage des devices. Ces inquiétudes vont coexister avec un "techno-optimisme" inhérent aux nouvelles innovations. Nous chercherons chez nos proches des signes d'addiction à Facebook, tout en chérissant les technologies wearables qui compileront pourtant des données encore plus personnelles.

Même avec les révélations de Snowden en tête, nous serons demandeurs de plus de services administratifs en ligne et nous verrons les parties politiques progresser fortement dans leur marketing social et digital. Les réactions négatives dues à la monétisation croissante de nos réseaux sociaux favoris s'accompagnera d'une confiance en progression pour ces mêmes services qui nous facilitent la vie. C'est la nouvelle norme.

Leslie Orsioli, Managing Director, We Are Social Brazil
La montée en puissance de YouTube
YouTube est le second réseau social le plus fréquenté au Brésil, selon le classement publié par Serasa Experian. Aux Etats-Unis, l’audience est si importante qu’il dépasse celle des réseaux TV câblés. Prendre en compte la plateforme dans sa stratégie va devenir essentiel, pas seulement pour une histoire d’audience, mais aussi pour son potentiel viral and le reach que cela entraîne et qui devient efficace lorsque l’identification de la marque se fait clairement.