L'année 2016 fut une nouvelle fois riche en évolutions sur le digital, le social media et le mobile. Le nouveau rapport de Simon Kemp, Regional Managing partner à We Are Social Singapour, tend à montrer des transformations digitales toujours plus surprenantes dans le monde entier. Écourtons cette introduction pour rentrer dans le coeur de l'analyse. Bonne lecture !

Nous venons de franchir une nouvelle étape dans le monde du digital : comme le souligne ce rapport publié par We Are Social and Hootsuite, plus de la moitié de la population mondiale utilise désormais internet.

Les résultats de cette étude feront sourire les entreprises, les gouvernement et la société dans son ensemble

Nos découvertes ont de quoi réjouir les entreprises, les gouvernements et la société dans son ensemble, mais témoignent également de la vitesse à laquelle la connectivité numérique est en train de changer la vie des populations dans le monde entier.

Alors que cela fait 25 que Tim Berners-Lee a rendu le « World Wide Web » accessible au grand public, internet fait désormais partie intégrante de la vie quotidienne d’une majorité de la population mondiale.

Mais internet n'est pas le seul à connaître une croissance phénoménale : nous avons identifié un certain nombre d'autres éléments importants dans le rapport Global Digital de cette année, notamment :

  • Plus de la moitié de la population mondiale utilise désormais un smartphone ;
  • Près de deux-tiers de la population mondiale possède un téléphone portable ;
  • Plus de la moitié du trafic internet mondial s’effectue désormais à partir de téléphones mobiles ;
  • Plus de la moitié des connexions mobiles dans le monde sont désormais à haut débit ;
  • Plus d’une personne sur cinq dans le monde a réalisé un achat en ligne au cours des 30 derniers jours

Vous trouverez toutes sortes d’informations utiles dans le rapport complet, qui contient plus de 780 diapositives, disponibles via le lien SlideShare ci-dessus. Et, en poursuivant la lecture de ce blog post, vous en découvrirez aussi les points principaux et ainsi que notre point de vue quant à l'impact de ces chiffres d'un point de vue business.

A noter également qu'un certain nombre de documents additionnels ont été créés pour compléter ce rapport 2017 :

  • Digital in 2017 : notre rapport principal, disponible via le lien ci-dessus et sur SlideShare ici.
  • Digital Yearbook 2017 : statistiques et données clés concernant 238 pays du monde
  • Le numérique en 2017 : analyse exécutive : analyse de Simon Kemp concernant les principaux chiffres de 2017 et leurs conséquences.
  • Le digital en Afrique en 2017: données régionales et nationales pour tous les pays d’Afrique
  • Le digital en Amérique en 2017: données régionales et nationales pour tous les pays des Amériques
  • Le digital en Asie-Pacifique en 2017: données régionales et nationales pour tous les pays de  l’APAC
  • Le digital en Europe en 2017: données régionales et nationales pour tous les pays d’Europe de l’Ouest, Centrale et de l’Est, Fédération de Russie et Turquie incluses
  • Le digital au Moyen-Orient en 2017 : Données régionales et nationales pour tous les pays du Moyen Orient [S1]

Avant de rentrer dans l'analyse pure, nous aimerions remercier toutes les organisations qui nous ont fourni les données permettant de rédiger ce rapport, et plus particulièrement :

  • GlobalWebIndex, qui a partagé avec nous un très grand nombre de données et d’informations clés pour tous les éléments du rapport de cette année ;
  • GSMA Intelligence, qui nous a fourni des données très complètes sur la connectivité mobile pour tous les pays du monde en plus des excellentes informations issues de leur Mobile Connectivity Index ;
  • Statista, qui nous a fourni des données très complètes issues de leur produit Digital Market Outook concernant le commerce en ligne; 
  • Akamai, qui a généreusement partagé des informations sur la vitesse de connectivité internet fixe et mobile dans tous les pays du monde, tirées de leur excellent rapport State of the Internet ;
  • Google, pour avoir rendu les données de son très précieux Consumer Barometer accessibles au public ;
  • StatCounter, qui fournit des données excellentes sur la part des différents appareils dans le trafic internet ;
  • Ericsson, pour la publication de ses Mobility Reports, toujours très intéressants.

Mais passons à présent aux données…

Aperçu Global

Le monde du digital a connu une croissance spectaculaire en 2016. Le rythme de l'évolution s’est accéléré pour la quasi-totalité des indicateurs clés par rapport à 2015.

Répartition des utilisateurs du digital dans le monde

Les principaux chiffres :

  • 77 billion global internet users in 2017, equaling 50% penetration;
  • 80 billion global social media users in 2017, equaling 37% penetration;
  • 92 billion global mobile users in 2017, equaling 66% penetration;
  • 56 billion global mobile social media users in 2017, equaling 34% penetration;
  • 61 billion global e-commerce users in 2017, equaling 22% penetration;

Le rythme de l'évolution était déjà l’un des éléments clés du rapport de l’année précédente,Digital in 2016 report. Mais nous avons cependant été étonnés que ce rythme ait poursuivi son accélération, à un degré tel au cours des 12 derniers mois, que  la pénétration mondiale d’internet a dépassé les 50 %.

  • Le nombre d’internautes a augmenté de 10 % en 2016, soit 354 millions de plus qu’en 2015 ;
  • Le nombre d’utilisateurs actifs des réseaux sociaux a augmenté de 21 %, soit une augmentation de 482 millions par rapport à 2015 ;
  • Le nombre d’utilisateurs uniques mobiles a augmenté de 5 %, soit 222 millions de nouveaux utilisateurs sur les 12 derniers mois ;
  • Le nombre d’utilisateurs mobiles des réseaux sociaux a augmenté de 30 %, soit une augmentation impressionnante de 581 millions en 2016.

Les tendances émergentes pour 2017

Le nombre d’internautes a augmenté dans une proportion à peu près égale à 2015, mais le nombre d’utilisateurs des réseaux sociaux (mobiles et non mobiles) a plus que doublé par rapport au nombre de nouveaux utilisateurs que nous rapportions l’an dernier. La croissance du nombre d’utilisateurs uniques mobiles a été de 40 % comparée à l’année précédente, avec 60 millions de nouveaux utilisateurs en 2016 par rapport à la croissance dont nous faisions état dans l’analyse de l’an dernier.

Nous avons également pu faire quelques ajouts cruciaux aux données rapportées dans le Digital Yearbook de cette année (un rapport différent et complémentaire qui propose des données clés sur 238 pays du monde) qui permettent de remplir les dernières lacunes du rapport de l’an dernier. Nous sommes notamment en mesure de donner les chiffres concernant les utilisateurs des réseaux sociaux en Syrie et au Soudan, les deux seuls pays pour lesquels aucune information n’était disponible dans le Digital Yearbook 2016 l’an dernier. Nous avons également mis à jour le nombre d’utilisateurs à Cuba et en Iran, deux pays qui brillent par leur absence dans les rapports mondiaux de Facebook.

Il est également intéressant de noter que la part des économies développées dans le nombre d’utilisateurs du numérique dans le monde a chuté cette année : en effet, la croissance du numérique en Asie-Pacifique (en Asie du Sud et du Sud-Est notamment) a déplacé le point d’équilibre vers l’est.

Analyse du digital en 2017 par We Are Social

Plus de la moitié des utilisateurs d’internet dans le monde sont aujourd’hui en APAC (Asie-Pacifique), tout comme 54 % des utilisateurs des réseaux sociaux et 56 % des utilisateurs mobiles des réseaux sociaux. Aussi, c’est à nouveau le rythme du changement qui représente une donnée intéressante : l’Asie-Pacifique représentait 70 % de la croissance totale du nombre d’internautes dans le monde, 62 % de la croissance du nombre d’utilisateurs des réseaux sociaux, et 64 % de la croissance des utilisateurs mobiles des réseaux sociaux. Le rythme du changement en APAC ne montre d’ailleurs aucun signe de ralentissement, et nous sommes convaincus que 2017 sera une nouvelle année record pour la croissance dans tout l’Orient, notamment en Asie du Sud-Est.

Aperçus Régionaux

Le digital en Afrique n’a que peu progressé en 2017, même si les données concernant les internautes pour cette année prennent en compte des corrections significatives sur le plan des sources par rapport à notre rapport de 2016. Les chiffres concernant les internautes provenant de sources officielles en Égypte, au Malawi et en Érythrée ont notamment tous étés revus considérablement à la baisse, ce qui annule une bonne partie des gains affichés par d’autres nations.

Sept des dix pays du monde où le nombre d’internautes augmente le plus rapidement se trouvent néanmoins en Afrique, avec une multiplication par plus de trois du nombre d’utilisateurs rapportés par l’Éthiopie par rapport à l’an dernier.

Cependant, moins d’une personne sur trois a accès à internet en Afrique aujourd’hui et les tendances actuelles de croissance laissent à penser qu’il faudra attendre les années 2020 avant de voir le niveau de pénétration d’internet sur l’ensemble du continent dépasser la barre des 50 %.

Sur une note plus encourageante, l’utilisation des réseaux sociaux en Afrique a augmenté de près de 50 % en 2016, même s’il y a encore une très grande marge d’amélioration dans la région, où la pénétration n’est que de 12 % pour le moment.

Évolution des usages en Afrique

Les Amériques ont connu des augmentations impressionnantes au cours des 12 derniers mois, avec 53 millions de nouveaux internautes, soit une croissance de 8 % par rapport à l’année précédente en matière de pénétration régionale. Une bonne partie de cette croissance provenait d’Amérique Centrale et du Sud –ce qui n’est pas vraiment surprenant étant donné les taux déjà importants de pénétration en Amérique du Nord— mais les États-Unis à eux seuls ont apporté 22 millions (soit 25 %) des 88 millions de nouveaux utilisateurs des réseaux sociaux dans la région l’année passée.

Le nombre total de connexions mobiles dans les Amériques a cependant légèrement baissé pendant l’année, sans doute parce que les utilisateurs commencent à consolider des abonnements multiples. C’est un phénomène constaté dans le monde entier : l’utilisation croissante des Smartphones permet un accès plus important à des services de données « par contournement », comme la voix sur IP (VOIP) ou les messageries mobiles, qui sont généralement nettement moins chers à l’usage que les appels vocaux « traditionnels » et les SMS. On évite ainsi le besoin d’avoir plusieurs abonnements ou contrats de services mobiles pour bénéficier de tarifs plus bas sur le même réseau.

Évolution des usages aux USA

La croissance du digital en Asie Pacifique a accéléré par rapport aux 12 mois précédents : le nombre d’internautes a augmenté de 14 % par rapport à l’année passée, pour atteindre près de 1,9 milliard. Les taux de croissance des réseaux sociaux ont accéléré de plus de 50 % par rapport à 2015, avec une utilisation en augmentation de 25 % au total, contre 14 % dans le rapport de l’an dernier.

Plus d’1,5 milliard de personnes dans toute l’APAC utilisent maintenant les réseaux sociaux chaque mois, et 95 % d’entre elles accèdent à ces plateformes via des appareils mobiles –le taux le plus élevé au monde.

Évolution des usages en Asie-Pacifique

L’Europe a connu une croissance numérique légèrement plus lente que d’autres régions du monde en 2016, mais celle-ci s’appuie sur une base déjà bien établie : ce n’est donc peut-être pas surprenant. On compte malgré tout 21 millions de nouveaux internautes, pour un total de 637 millions, soit une croissance de 3 % par rapport à l’année précédente.

L’utilisation des réseaux sociaux en Europe a progressé de 5 % et dépassé les 400 millions d’utilisateurs au total sur l’ensemble du continent. Les réseaux sociaux mobiles ont progressé de 11 % par rapport à notre rapport de 2016 : 340 millions de personnes dans la région accèdent chaque mois aux réseaux sociaux depuis leurs appareils mobiles.

Évolution des usages en Asie-Pacifique

Le Moyen-Orient décroche la première place dans le classement des plus fortes croissances cette année : tous les indicateurs clés montrent une croissance considérable. Le nombre d’internautes a progressé de 15 % par rapport à l’année précédente, et le total régional se rapproche rapidement de la barre des 150 millions.

L’utilisation des réseaux sociaux en général a progressé de 47 %, une croissance vertigineuse sur les 12 derniers mois, avec une augmentation de 44 % des consultations mobiles. La pénétration pour les deux indicateurs sociaux clés reste malgré tout sous les 40 %, il est donc tout à fait possible que cette croissance impressionnante se poursuive en 2017.

Évolution des usages au Moyen-Orient

Utilisation d'Internet

Comme nous l’avons noté au début de cette analyse, la principale découverte du rapport de cette année est que plus de la moitié de la population mondiale utilise désormais internet.

La croissance d’internet continue aussi de s’accélérer dans le monde entier : les chiffres concernant le nombre d’utilisateurs dans le monde ont augmenté de plus de 80 % sur les cinq années qui nous séparent de la publication de notre premier rapport Global Digital en janvier 2012.

Cependant, comme nous le notons chaque année, la croissance rapportée du nombre d’internautes pourrait être due à la précision et à la rapidité des informations autant qu’à l’ajout de « nouveaux » utilisateurs. Les chiffres de cette année concernant la croissance sont approximativement les mêmes que ceux de l’an dernier, avec une augmentation de 329 millions cette année soit seulement 3 millions de moins que les 332 millions que nous rapportions en 2016.

Nous sommes également heureux d’être en mesure de chiffrer l’utilisation de l’internet mobile dans le monde cette année : nos dernières données suggèrent que plus de 90 % des internautes de la planète accèdent à internet via un appareil mobile.

Les usages d'internet

Nos recherches indiquent cependant qu’il est de plus en plus difficile d’établir un chiffre unique concernant les « internautes » dans un pays donné, en raison de la diversification des appareils et des moyens d’accéder aux services en ligne. Nous avons donc décidé d’inclure les utilisateurs actifs de Facebook, un chiffre utile pour déterminer le nombre d’internautes dans les cas où le chiffre rapporté est nettement inférieur aux dernières données fournies par Facebook concernant le nombre d’utilisateurs.

Si le nombre d’utilisateurs de Facebook n’est pas un équivalent parfait du nombre d’internautes (il est sans doute très nettement inférieur au nombre réel d’utilisateurs d’internet dans un pays donné), les données de Facebook sont mises à jour régulièrement. Un autre point critique est qu’il est impossible d’accéder à Facebook sans disposer d’une forme ou d’une autre de connexion à internet. Pour fournir un aperçu équilibré de l’utilisation d’internet dans le monde, nous avons inclus dans le rapport de cette année un ensemble de données concernant les internautes issues de sources différentes, pour permettre aux lecteurs de faire leurs propres choix quant au chiffre le plus représentatif.

Toutefois, malgré ces nouvelles sources de données (et les progrès impressionnants que nous avons mentionnés plus haut) l’accès à internet reste très inégal dans le monde.

Evolution d'internet dans le monde

On observe en particulier une pénétration assez décevante en Asie du Sud –la région la plus peuplée au monde –et en Afrique, où moins d’une personne sur trois à accès à internet aujourd’hui.

Evolution d'internet par pays

À l’exception de la Corée du Nord (où internet comme le connaît le reste du monde est toujours bloqué) les pays aux taux de pénétration d’internet les plus faibles sont tous en Afrique. À l’autre extrémité du spectre, les taux de pénétration d’internet avoisinent les 100 % dans un certain nombre de pays : les Émirats Arabes Unis sont sur la première marche du podium, suivis de près par l’Islande et la Norvège.

Evolution d'internet : classement pays

En ce qui concerne la vitesse d’accès, les choses s’accélèrent aussi dans le monde entier, même si le dernier rapport d’Akamai sur l’état des lieux d’Internet montre que les internautes de nombreux pays, notamment en Inde, sont limités à des vitesses de connexion très décevantes pour leurs services fixes et mobiles.

La vitesse de connexion moyenne par pays

La bonne nouvelle est que les connexions internet mobiles se sont nettement améliorées dans de nombreuses économies en développement. Les Philippines ont notamment fait des  progrès considérables en ce qui concerne la vitesse moyenne des connexions mobiles.

La vitesse moyenne de connexion sur mobile

Un accès plus rapide à l’internet mobile pourrait être l’une des raisons pour lesquelles les Philippins passent plus de temps sur internet qu’aucun des 29 autres pays pour lesquels nous établissons un profil détaillé dans notre rapport sur le Numérique en 2017. Les dernières données de GlobalWebIndex, qui a à nouveau généreusement partagé publiquement ses précieuses informations dans le rapport de cette année –montrent qu’un internaute philippin passe en moyenne 9 heures par jour sur internet, un chiffre spectaculaire. L’accès mobile représente plus de trois heures et demies sur ce total.

Le temps moyen passé sur internet

Dans 9 des pays que nous avons couverts, les utilisateurs passent en moyenne plus de huit heures chaque jour sur internet. Il est intéressant de noter que tous ces pays sont au bas des classements économiques associés.

L’amélioration de la rapidité des connexions mobiles et  de l’accès aux Smartphones a permis une autre des découvertes clés du rapport de cette année : plus de la moitié des pages internet existantes sont désormais affichées sur des téléphones mobiles.

La part du mobile dans le trafic internet a augmenté de 30 % par rapport à l’année passée, et une majorité de cette augmentation provient des économies en développement.

Le trafic web par device

Certains pourraient interpréter les chiffres de la diapositive ci-dessus comme une indication de chute de l’accès aux ordinateurs et aux tablettes, mais il est peu probable que ce soit le cas. Il est plus crédible de penser qu’une augmentation radicale a eu lieu l’année passée dans le nombre de personnes ayant accès à internet via les téléphones mobiles. La part respective des autres appareils dans le nombre total de pages web affichées a donc chuté en conséquence.

Comme beaucoup d’autres indicateurs dans le rapport de cette année, la part du mobile dans le trafic internet varie considérablement selon les pays. Le Nigéria est au sommet du classement de la part du mobile : quatre pages internet sur cinq y sont affichées sur un téléphone. La Russie est à l’autre extrémité du spectre, avec seulement une page sur sept.

Le trafic web sur mobile

Utilisation des réseaux sociaux

L’utilisation des réseaux sociaux a bondi de plus de 20 % en 2016. Facebook, notamment, fait état de progrès importants, bien qu’elle ait déjà été la plateforme sociale la plus populaire au monde ces dix dernières années.

Près de 2,8 milliards de personnes sur la planète utilisent aujourd’hui les réseaux sociaux au moins une fois par mois, et plus de 91 % d’entre elles y accèdent sur des appareils mobiles.

Les usages social media

L’utilisation des réseaux sociaux a augmenté de 21 % par rapport à l’année passée, avec près d’un demi-milliard (482 millions) de nouvelles inscriptions en 2016. Cinq pays représentaient à eux seuls plus de la moitié de cette croissance : la Chine (+134 millions de nouveaux utilisateurs des réseaux sociaux sur les 12 derniers mois), l’Inde (+55 millions), l’Indonésie (+27 millions), les États-Unis (+22 millions) et le Brésil (+19 millions).

Le social media par pays

Parmi les pays que nous couvrons en détails dans le rapport de cette année, les pays d’Asie occupent 4 des 5 premières positions du classement de la pénétration des réseaux sociaux. Il est malgré tout important de noter que ce taux fluctue radicalement dans la région dans son ensemble.

Avec l’Afrique, l’Asie du Sud et l’Asie Centrale enregistrent en effet les taux les plus faibles de pénétration des réseaux sociaux de la planète, même si les dernières tendances semblent effectivement indiquer que la croissance commence à s’accélérer légèrement en Asie du Sud.

Evolution du social media par région

À l’autre extrémité du spectre, près de deux tiers des Nord-Américains utilisent les réseaux sociaux chaque mois, et la pénétration en Amérique du Sud se rapproche rapidement des 60 %. Les tendances actuelles laissent à penser que l’Asie du Sud-Est dépassera la barre des 50 % de pénétration plus tard dans l’année, mais il est possible qu’il faille un peu plus de temps au Moyen-Orient pour atteindre ce même seuil.

Les dernières données montrent que la pénétration des réseaux sociaux est aujourd’hui supérieure à 80 % dans 8 pays du monde, même s’il est possible que les chiffres concernant le Qatar et les Émirats Arabes Unis soient influencés par des fluctuations à court terme liées aux populations de migrants (notamment les expatriés partis travailler au Qatar pour aider le pays à se préparer à la Coupe du monde de la FIFA en 2020).

Evolution social media : classement pays

Les tendances croissantes pour les réseaux sociaux sont intéressantes aussi, notamment lorsque l’on se penche sur la croissance relative (le changement en pourcentage par rapport à l’année passée).

La plus belle progression cette année est enregistrée par Cuba, où le nombre d’utilisateurs des réseaux sociaux a augmenté de 368 %. Cette croissance pourrait être en partie due à l’obtention de données pertinentes plus rapidement et avec plus de précision, mais il est clair que les Cubains commencent à profiter d’une amélioration de l’accès à internet et aux réseaux sociaux. Il y a encore un long chemin à parcourir avant que tous les Cubains ne puissent profiter d’une connectivité numérique complète, mais il est extrêmement encourageant de voir la croissance déjà en cours.

Il est également encourageant de voir la Corée du Nord dans le classement des plus grandes croissances, mais l’augmentation relative de 135 % ne se traduit que par 9 200 nouveaux utilisateurs des réseaux sociaux ; la plupart d’entre eux sont sans doute des travailleurs humanitaires qui ne sont que de passage dans le pays. Malheureusement, la Corée du Nord reste dernière de la quasi-totalité de nos classements pour l’ensemble des indicateurs clés du numérique.

La croissance du numérique au Myanmar représente cependant un exemple nettement plus enthousiasmant : il y a cinq ans encore, Facebook restait officiellement bloqué dans cet État d’Asie du Sud-Est, mais des changements politiques ont récemment déclenché une évolution radicale de la connectivité numérique dans le pays. Aujourd’hui, Facebook affirme avoir 14 millions d’utilisateurs au Myanmar ; près de la moitié d’entre eux (soit 6,4 millions) ont rejoint la plateforme au cours des seuls 12 derniers mois.

Evolution des social media users

Les populations du monde entier passent aussi plus de temps sur les réseaux sociaux : les données de GlobalWebIndex montrent que l’utilisateur moyen des réseaux sociaux dans les pays que nous analysons en détail dans ce rapport passe aujourd’hui 2 heures et 19 minutes par jour sur des plateformes sociales.

Les Philippines sont au sommet du classement du temps passé sur les réseaux sociaux dans les pays que nous avons analysés en profondeur : les Philippins y passent une demi-heure de plus chaque jour que les utilisateurs brésiliens, le pays qui occupe la seconde place.

Le temps moyen passé sur le social media

Toute cette croissance s’est traduite par une nouvelle belle année pour les principales plateformes de réseaux sociaux : la plupart des entreprises ont enregistré une nouvelle année de croissance impressionnante. Suite à de nombreuses demandes, nous avons décidé d’inclure YouTube dans le rapport de cette année : le site rejoint la poignée de plateformes prestigieuses ayant plus d’un milliard d’utilisateurs.

Classement des plateformes social media en active users

Facebook se taille la part du lion en matière de croissance du nombre d’utilisateurs sur les médias sociaux pour l’année 2016, avec une augmentation de son empreinte mondiale de 363 millions de compte actifs mensuellement, et une croissance de 24 % par rapport à l’année précédente. Plus d’un milliard de personnes utilisent aujourd’hui quotidiennement Facebook, ce qui signifie que plus de la moitié des utilisateurs actifs de Facebook utilisent le service chaque jour.

Les autres grandes plateformes de l’entreprise (WhatsApp, Facebook Messenger et Instagram) ont également  fait état d’une croissance forte pendant l’année, et même s’il est possible qu’un nombre de doublons élevé des utilisateurs soit constaté chez les utilisateurs de ces  plateformes, les audiences combinées de Facebook Inc. totalisent aujourd’hui plus de 4,37 milliards de personnes.

Tencent, le géant des réseaux sociaux en Chine, a connu une nouvelle année impressionnante en 2016. Sa plateforme phare, WeChat, a enregistré une croissance de 196 millions de comptes actifs par mois depuis le rapport de l’an dernier. Les tendances actuelles en matière de croissance et d’usage suggèrent en effet que WeChat pourrait dépasser QQ (également propriété de Tencent) et devenir « officiellement » la plateforme sociale la plus active de Chine avant que Tencent ne publie son prochain rapport d’activité. En réalité, il est possible que les utilisateurs de WeChat soient déjà plus nombreux que ceux de QQ, mais les chiffres de ce dernier en matière d’« utilisateurs » actifs par mois sont plus importants car nombre d’entre eux ont plus d’un seul compte ou profil QQ actif.

VKontakte reste le premier réseau social en Russie, même si nous avons révisé les chiffres généraux de la plateforme à la baisse cette année, avec des informations plus transparentes fournies par l’entreprise. VKontakte déclare avoir 90 millions d’utilisateurs actifs par mois dans le monde, dont 70 % vivent en Russie. La plateforme est également populaire au Belarus, en Ukraine et au Kazakhstan.

LINE reste la première plateforme sociale au Japon, avec une pénétration nationale qui dépasse 50 % de la population en 2016. LINE fait état de 64 millions d’utilisateurs actifs par mois au Japon, et de 98 millions supplémentaires à Taïwan, en Thaïlande et en Indonésie, même si nos analyses indiquent que Facebook reste devant LINE dans chacun de ces trois pays.

Kakaotalk reste premier en Corée du Sud, et les derniers chiffres publiés concernant les revenus de la plateforme indiquent que le service de messagerie a aujourd’hui près de 42 millions d’utilisateurs actifs par mois dans le pays, soit 85 % de l’audience mondiale totale de la plateforme.

Facebook ne publie pas les données utilisateurs concernant l’Iran, mais Niki Aghaei (notre source fiable à Téhéran) a partagé avec nous le dernier aperçu de l’utilisation des réseaux sociaux dans le pays. Telegram semble être la première plateforme iranienne sur le plan de l’utilisation, avec 17 millions « d’installations actives » dans le pays, mais Instagram est sur ses talons avec 15 millions d’installations actives.

Facebook ne publie pas non plus de données concernant Cuba, le Soudan ou la Syrie, mais nous avons utilisé un éventail de données récentes et pertinentes pour extrapoler le nombre probable d’utilisateurs des réseaux sociaux dans chacun de ces trois pays pour le rapport de cette année. Ces statistiques sont disponibles dans le Digital Yearbook 2017, qui inclut des données numériques clés pour 238 pays du monde entier.

Utilisation mobile des réseaux sociaux en mobile

Les chiffres généraux concernant les réseaux sociaux sont déjà impressionnants, mais ce qui est frappant dans ce domaine en 2017, et au cours des trois dernières années, c’est l’importance du mobile.

Malgré cette tendance commune, la croissance de plus en plus rapide de l’utilisation des réseaux sociaux par le biais de plateformes mobiles ne montre pas de signe de ralentissement. Les dernières données montrent que plus d’un tiers de la population mondiale (2,5 milliards de personnes) accède aujourd’hui aux réseaux sociaux via des appareils mobiles chaque mois, un chiffre en augmentation de 581 millions au cours de l’année dernière uniquement.

À titre de comparaison, environ 8 % de la population mondiale a commencé à utiliser les réseaux sociaux au cours des 12 derniers mois, avec plus de 18 nouveaux utilisateurs chaque seconde. Pour vous donner une idée plus concrète, cela signifie que 100 nouveaux utilisateurs auront commencé à utiliser les réseaux sociaux d’ici à ce que vous ayez terminé de lire cette phrase.

Malgré ces chiffres saisissants, nous pensons que le nombre total d’utilisateurs des réseaux sociaux pourrait être plus important encore. La plupart des grandes plateformes de messagerie mobile du monde ne classent pas le nombre de leurs utilisateurs par pays, il est donc difficile de se faire une idée très précise de la situation récente, mais les données que nous avons vues semblent indiquer que les messageries pourraient être les plateformes sociales les plus actives dans un certain nombre de pays du monde, ce qui pourrait faire augmenter encore d’avantage le nombre connu d’utilisateurs des réseaux sociaux dans le monde.

Pour ce qui est de la répartition géographique, les schémas de pénétration suivent le même chemin que les réseaux sociaux dans leur ensemble : l’Asie Centrale, l’Asie du Sud et l’Afrique continuent d’indiquer des taux relativement faibles d’utilisation mobile des réseaux sociaux.

Evolution du social media mobil par région

Les informations concernant les différents pays révèlent cependant des nuances intéressantes, et soulignent l’importance des messageries mobiles dans les pays d’Asie de l’Est. 83 % de la population sud-coréenne utilise notamment KakaoTalk chaque mois –un taux de pénétration surpassé seulement par l’utilisation mobile de Facebook au Qatar et aux Émirats Arabes Unis.

Au total, 10 pays ont des taux de pénétration des réseaux sociaux mobiles supérieurs à 70 %, mais 43 pays ont des taux de pénétration de moins de 10 %, la majorité de ces derniers se trouvant en Afrique.

Classement pays de l'évolution du social media mobile

Usages mobiles

Près de trois quarts de la population mondiale utilise aujourd’hui un téléphone mobile : le nombre total d’utilisateurs mobiles unique dans le monde se rapproche rapidement des 5 milliards.

Les utilisateurs mobile vs les connections mobile

GSMA Intelligence et Ericsson rapportent des chiffres légèrement différents à la fois pour les utilisateurs uniques et pour les connexions mobiles actives, mais la tendance générale est claire : les téléphones mobiles constituent désormais une part indispensable de la vie quotidienne de la plupart des individus sur la planète.

Perspective d'évolution des utilisateurs mobile vs les connections mobile

Les dernières données suggèrent également fortement que plus de la moitié de la population mondiale utilise désormais un Smartphone : une autre étape clé pour le rapport de cette année.

Il est probable que cette augmentation soit directement liée à celle de l’utilisation d’internet et des réseaux sociaux dont nous avons parlé ci-dessus, notamment lorsque l’on prend en compte le fait que les Smartphones sont déjà utilisés par 80 % de la totalité des utilisateurs actifs de Facebook dans le monde.

De plus, les prix des Smartphones et des abonnements aux réseaux de données mobiles continuent de chuter dans le monde entier, un accès constant et pratique à internet deviendra donc encore plus facile pour les « non-connectés » du monde entier.

En effet, parmi les pays que nous avons analysés en détail dans le rapport de cette année, seul le Nigéria a un taux de pénétration du mobile (sur la base des utilisateurs uniques) de moins de 50 %.

Evolution des utilisateurs mobile par pays

De manière inévitable, la situation varie selon les régions et selon les pays, mais les taux de connectivité mobile régionaux suivent un schéma similaire à celui que nous connaissons pour la pénétration d’internet et des réseaux sociaux.

L’Asie du Sud et l’Afrique ont les taux de connectivité les plus bas du monde par rapport à la population locale, alors que les populations d’Europe de l’Est maintiennent le nombre le plus élevé de connexions mobiles actives.

La connexion mobile par région

Macao arrive en tête dans le classement mondial de la connectivité, avec des connexions mobiles actives qui représentent environ trois fois la population locale. Bahreïn, les Maldives et les Émirats Arabes Unis ont aussi des taux de connectivité records de plus de 200 % par rapport à leurs populations nationales respectives.

À l’autre extrémité du spectre, les États Fédérés de Micronésie enregistrent les taux les plus faibles de connectivité mobile au monde, avec 4 % seulement, ce qui n’est sans doute pas surprenant étant donné la position géographique du pays, composé de 607 îles individuelles réparties sur 2,6 millions de kilomètres carrés dans l’Océan Pacifique. Chaque île est si petite que la masse continentale totale du pays est inférieure à celle de Singapour : le pays ne peut donc pas investir dans une infrastructure mobile conventionnelle.

L’Érythrée arrive avant-dernière du classement mondial de la connectivité : le nombre de connexions mobiles actives dans le pays équivaut à seulement 11 % de sa population nationale.

La connexion mobile par pays

Il est intéressant de noter que le nombre moyen de connexions par utilisateur unique continue de baisser, sans doute grâce à l’adoption généralisée des Smartphones et des services « par contournement », comme la voix sur IP (VOIP) et les messageries mobiles.

Selon Ericsson, les Smartphones représentent désormais 55 % du total des connexions actives, contre 46 % dans le rapport de l’an dernier –un progrès considérable.

Les connexions mobile par devices

70 % des utilisateurs mobiles du monde prépayent leurs abonnements à internet (en achetant des cartes), un chiffre qui a baissé par rapport aux 76 % rapportés l’an dernier.

Les connexion mobile en pre-pays vs post-pay

Parallèlement, la connectivité 3G et 4G a augmenté de 9 % par rapport à l’année précédente. En conséquence, plus de la moitié des connexions mobiles du monde peuvent désormais être considérées comme « haut-débit ».

Le débit des connexions mobile par pays

La Corée du Nord, c’est peut-être une surprise, est première du classement mondial de la part du haut-débit dans le total des connexions actives, alors que sa voisine du sud arrive bonne deuxième.

À l’autre extrémité du spectre, moins de 1 % des connexions mobiles aux Comores et en Guinée Équatoriale peuvent être considérées comme haut-débit. Le taux de connectivité 3G et 4G reste sous les 10 % dans 13 pays du monde, quasiment tous situés en Afrique.

Classement des pays en débit de connexions mobile

Si l’on compare le nombre de connexions à haut-débit aux populations nationales, les mêmes données peuvent être vues sous un angle légèrement différent : Macao, le Koweït et la Finlande arrivent alors premiers des classements mondiaux. Les Comores et la Guinée Équatoriale sont toujours au bas du tableau, avec les taux les plus bas de pénétration du haut-débit mobile : moins de 1 % des populations de ces pays peuvent se connecter à un réseau 3G ou 4G mobile.

Evolution des débits de connexions mobile

Android a consolidé d’avantage encore sa position en tant que système d’exploitation mobile le plus utilisé au monde pour accéder à internet : une augmentation de 8 % par rapport à l’année précédente fait passer la part de pages web affichées par cette plateforme sur des appareils mobiles à près de 72 %. La part des appareils Apple dans le trafic sur internet a augmenté aussi l’an passé (bien que de seulement 1 %) mais la part des autres systèmes d’exploitation dans le trafic sur internet a chuté de plus de 40 % au cours des 12 derniers mois. Android et iOS représentent donc désormais à eux deux plus de 91 % du trafic internet mobile total.

La part des connexions internet mobile par OS

Pendant ce temps, l’augmentation du nombre d’utilisateurs internet mobiles, l’accélération des connexions mobiles et l’utilisation croissante des Smartphones ont permis une croissance de 50 % par rapport à l’année précédente des volumes de données. Le trafic de données total dans le monde dépasse désormais les 7 milliards de giga-octets chaque mois. En moyenne, un Smartphone accède mensuellement à près de 2 GO de données.

Croissance de la data mobile

E-Commerce

EMarketer estime à plus de 1,6 milliard le nombre d’acheteurs en ligne dans le monde en 2016, avec des dépenses totales de près de 2 mille milliards de dollars US, soit des revenus moyens par utilisateur du commerce en ligne d’environ 1 189 dollars pour l’année entière.

les revenus globaux de l'e-commerce

L’utilisation du commerce en ligne varie cependant de manière significative selon les pays couverts par le rapport de cette année, et les dernières données de GlobalWebIndex montrent que l’utilisation du e-commerce n’est absolument pas égale selon les périodes, même dans un pays donné.

Dans le rapport de cette année, un certain nombre de pays ont enregistré des baisses légères dans l’utilisation du commerce en ligne par rapport à l’an dernier, mais GlobalWebIndex suggère que le rôle croissant du mobile dans l’utilisation d’internet pourrait expliquer en partie cette évolution. L’hypothèse de GWI est intéressante à un autre titre : un individu peut avoir suffisamment confiance pour faire des achats sur son ordinateur portable ou fixe, mais s’inquiéter d’avantage de devoir donner son numéro de carte de crédit sur des sites où l’expérience mobile n’est pas aussi « convaincante » que celle à laquelle il a été habitué sur PC.

Abstraction faite de ces fluctuations, cependant, les données de GlobalWebIndex indiquent que le nombre total d’utilisateurs du commerce en ligne dans les pays de notre étude a augmenté de 9 % par rapport à l’année précédente. Lorsque l’on se concentre sur le commerce mobile, cependant, le taux d’augmentation est plus impressionnant encore, avec une croissance moyenne de près de 40 % sur les marchés étudiés.

Croissance des shoppers m-commerce

Statista nous a généreusement fourni cette année encore quelques excellents éléments d’informations sur l’utilisation du commerce électronique dans le monde entier grâce à son outil Digital Market Outlook, ce qui nous a permis de partager des données concernant la valeur total du marché du commerce en ligne de chaque pays, ainsi que les revenus moyen par utilisateur selon les pays. Vous trouverez toutes les diapositives nationales pertinentes dans le rapport complet (disponible ci-dessus ou ici en totalité sur SlideShare), mais voici un petit aperçu en avant-première des données concernant le commerce électronique au Royaume-Uni.

Le e-commerce au Royaume-Uni

Analyses par pays

We'll be publishing our full Digital in 2017 report in just a few days (today's Global Overview is just a teaser), where we'll share in-depth profiles of the same 30 countries we covered in last year's report. Look out for a rich selection of slides, including the following data points for every country:

Nous publierons le rapport complet dans quelques jours, ce dernier mettra en avant le profil de 30 pays et chaque profil pays contiendra 22 diapositives de données clés, avec notamment :

  • Utilisation par device
  • Temps passé par média
  • Activités hebdomadaires online
  • Plateformes sociales les plus actives
  • Données démographiques de Facebook
  • Connectivité mobile GSMA
  • Activités mobiles
  • Revenus du commerce en ligne

Les devices utilisés en Espagne

L'activité mobile italienne

Connexion mobile en Indonésie

Les profils des utilisateurs Facebook en Inde

Les plateformes social media les plus fortes à Hong Kong

Analyse des usages de Facebook en Allemagne

Comment les utilisateurs d'internet regardent le TV en France

L'activité online hebdomadaire par devices en Chine

Répartition du trafic web par devices en Egypte

Connections internet au Canada : vitesse et devices

Fréquence de connexion au Brésil

Le temps passé sur les médias en Australie

Si vous préférez télécharger l’ensemble du rapport Digital 2017 pour le lire à votre rythme, vous pouvez le faire depuis SlideShare.