Le Black Friday est une tradition américaine qui a lieu depuis 1970. C'est une journée promotionnelle lançant la période des achats de Noël. Un “vendredi noir” qui décrit la marée humaine envahissant les rues le lendemain Thanksgiving.

Nous avons souhaité savoir si cet événement américain avait eu une résonance en France en dressant un bilan de l’intérêt suscité sur les réseaux sociaux.

Pour cela nous avons mis en perspective les conversations en 2013 et en 2014 sur Twitter en analysant les volumes.

Des conversations en baisse aux USA
Nous observons une baisse de 18% des conversations Twitter aux USA qui révèle un léger désintérêt des américains pour le Black Friday.

  •  978 000 tweets le 29 novembre 2013
  •  800 000 tweets le 28 novembre 2014

Mais parallèlement, une augmention de 261% des conversations françaises
Entre 2013 et 2014, le Black Friday s’est installé dans les conversations françaises. Même s'il faut garder en tête qu'en valeur absolue les volumes sont bien moins importants qu'aux États-Unis, pays de naissance du phénomène, on note chez nous une hausse de ces conversations sur Twitter avec :

  • 8 798 tweets le 28 novembre 2014
  • 2 491 tweets le 29 novembre 2013

Un sujet qui intéresse de plus en plus d’internautes et notamment les hommes. Tout comme l’an dernier, ils monopolisent 61% des conversations sur le sujet.

Un engouement français dans les conversations qui se traduit par un réel impact dans les achats
L’intérêt exprimé dans les conversations se reflète dans le taux de participation au Black Friday en France. En effet, cette année 29,4% des français ont pu bénéficier de produits en réduction (source : sondage LSA-Toluna), un chiffre qui prouve l’adoption de cet évènement par les français, soucieux de réduire leurs dépenses à Noël. En effet, les hashtags associés aux conversations sont à 5,6% #bonplan et #promo à 1,6%.

Des marques qui elles aussi ont pris part aux conversations.
Sans grande surprise on retrouve les retailers High tech avec Darty, la fnac et Boulanger dans le trio de tête des marques ont su s'accaparer du sujet.

  • Darty

L’enseigne a réussi à tirer son épingle du jeu en surfant sur la sortie du trailer du prochain Star Wars. Le hashtag #starwars était en trending topic ce jour là et a assuré une certaine visibilité à la marque qui s'est immiscée dans les conversations.

  • La Fnac

Comme l'année dernière, la FNAC a utilisé Twitter lors du Black Friday. C'est la marque qui obtient le meilleur engagement avec plus de 150 retweets en associant son tweet avec le hashtag #blackfriday.

  •   Boulanger

Autre retailer hight Tech & multimédia, on retrouve Boulanger qui complète le trio des marques qui ont su engager sur Twitter.

Plus surprenant, cette année nous avons observé l’apparition d’acteurs de grande distribution : Auchan et Géant qui ont surfé sur le Black Friday sur Twitter

  • Auchan

L’enseigne de grande distribution s’est lancée dans l’aventure cette année. L’enseigne est une des rares à avoir créée pour l’occasion un # dédié : #AuchanBlackFriday. Malheureusement, la mayonnaise n’a pas prise avec seulement 33 tweets liés à ce hashtag, un raté sans doute dû à un visuel trop promo et pas assez créatif.


Même certains twittos trouvent, aussi, cela surprenant :

→ Un signal faible qui révèle à quel point cet évènement est en train de prendre une forme résolument « grand public ».

Bémol : une américanisation pas forcément bien vue
Certains twittos remettent en cause le coté pathétique des faibles réductions opérées par les marques et l’américanisation de ce jour :

 

 

Ce sentiment "négatif" à propos du Black Friday reste sporadique dans le flot des conversations globales.

Ce qu'il faut retenir :
Des conversations qui ont été multiplié par 3 sur Twitter en France prouvant l'intérêt grandissant de cette journée typiquement américaine auprès des internautes et consommateurs français. Parallèlement à cet engouement, l'intérêt conversationnel du Black Friday se délite aux USA. L'engouement français a été entendu par les marques et elles se sont installées sur Twitter avec plus ou moins de succès.
Sans nul doutes, nous suivrons l'évolution pour l'édition 2015.