Traduction d'un article de Peter Lin

Pete Lin - directeur général régional pour l'Asie du Nord de We Are Social China - nous écrit d’un pays qui sort lentement du confinement et examine ce qui attend les prochains pays qui tentent de lui emboîter le pas.


Il n'y avait personne au bureau. Après une période de télétravail de plusieurs mois, j’avais hâte de voir mes collègues en personne, IRL. Mais, il n’y avait personne. La porte était ouverte. Une cafetière fraîchement remplie trônait dans la kitchenette. Hashtag, le chat de l’agence, errait parmi les rangées de sièges vides. 

"Bonjour, patron ! C'est bon de vous revoir !" me lance la femme de ménage, passant sa tête dans mon bureau. "Je viens de faire du café." Voir ainsi notre femme de ménage a soudain bouleversé ma mémoire. Telle était la norme. Telle était ma routine matinale habituelle. J'étais toujours la deuxième personne arrivée au bureau, après la femme de ménage. Elle m'attendait toujours avec du café fraîchement préparé.

Bientôt, mes collègues ont commencé à arriver, les uns après les autres. Les discussions se sont engagées, et Hashtag a continué sa routine quotidienne, à courir après quiconque s’approchait. Quelqu'un est entré dans mon bureau pour bavarder. C'était comme si une journée de travail typique avait commencé. 

Voici à quoi ressemble la réalité post-confinement. Nous sommes de retour au bureau, mais toujours en phase d’adaptation. Et bien sûr, la crise a touché bien plus que mes simples expériences matinales. Ce fut difficile, mais nous constatons à présent plus de positivité et plus d'espoir. Pour ceux qui se trouvent à différents stades du confinement, voici un bref aperçu de ce qui pourrait vous attendre. 

Un nouvel environnement de travail

Nous avons dû adapter notre façon de nous réunir ; notre principale salle de réunion n'est pas grande, et le fait d'y entasser plus de deux personnes ne permet pas de respecter les règles de distanciation sociale. Ainsi, même si nous sommes à l’agence, nous organisons toujours des réunions internes par vidéoconférence. La collaboration en ligne, aussi bien à distance qu’au bureau, est devenue plus familière et fait désormais partie intégrante de nos habitudes de travail.

L'utilisation de masques est également obligatoire lorsque vous vous approchez d'autres personnes. En Chine, nous sommes plus à l'aise avec le port du masque que dans beaucoup d'autres pays, mais il faut encore s'y habituer. Il est assez déroutant de ne pas pouvoir lire les expressions faciales de son interlocuteur pour voir de ce qu'il ressent, surtout si vous faites une blague et que vous ne pouvez pas être sûr que quelqu'un l'ait réellement appréciée. 

Un retour prudent de la confiance des clients

Lorsque la pandémie s’est déclarée, de nombreux clients ont retiré leurs campagnes ou changé d'orientation. Cela a été vrai dans le monde entier. Nous avons également été touchés par le report des Jeux Olympiques. Cependant, au cours des dernières semaines, nous avons constaté une évolution prudente mais positive vers un retour de la confiance des clients. Nous avons gagné cinq pitchs depuis la fin du confinement, dont trois par vidéoconférence et deux IRL. Les briefs reviennent petit à petit et, en tant qu'agence sociale, nous sommes heureusement bien placés pour prendre en charge le type de travail qui est actuellement demandé. 

Un paysage de consommation différent 

Il est juste de dire que nous avons dû faire fi des règles en ce qui concerne les comportements "habituels" des consommateurs. Un bon nombre de comportements apparus lors du confinement sont toujours présents, que ce soit par nécessité ou par choix. Du shopping au divertissement en passant par le travail, les activités des gens se sont pour la plupart déplacées vers le format “on-line” et, pour l'instant, la majorité d'entre elles y restent. La pratique d’activités que les gens avaient l'habitude de faire, comme solliciter une course partagée sur Uber ou entreprendre des voyages d’affaires dans d'autres villes, est encore réduite au strict minimum.

Par conséquent, de nombreux secteurs de l'économie chinoise attendent toujours que les comportements des consommateurs reviennent à la normale qu’on connaissait avant le Covid-19. Mais nous faisons tous de notre mieux avec ce que nous avons regagné jusqu'à présent, tout en essayant de rester en bonne santé et en sécurité.

Ce fut à la fois stimulant et inspirant d'être physiquement proche de mes collègues après des semaines à ne les voir que par vidéoconférence ou, pire encore, par conférences téléphoniques. J’ai hâte d’observer d'autres moments d'espoir et de positivité dans les jours, les semaines et les mois à venir.