Au cours des trois premiers mois de 2020, le monde a changé de manière spectaculaire - la pandémie de Covid-19 ayant un impact sur presque tous les aspects de notre vie quotidienne. Ces changements se sont aussi clairement manifestés dans les comportements numériques du monde, et particulièrement lorsque des milliards de personnes se tournent vers des appareils connectés pour les aider à faire face à la vie et au travail en situation de confinement.

Nous avons consacré une grande partie de notre update du Digital Report 2020 à l’étude de ces tendances inédites, mais cette mise à jour inclut également toutes les données couvertes habituellement par notre série de Rapports Digitaux Mondiaux, y compris une analyse détaillée de la manière dont les gens du monde entier utilisent Internet, les réseaux sociaux, les appareils mobiles et le e-commerce.

Voici les principales informations à retenir du rapport de ce trimestre :

  • Une forte augmentation de l'activité digitale, en particulier dans les pays qui ont connu les mesures de confinement les plus strictes.
  • Une augmentation significative de l'utilisation des réseaux sociaux, les appels vidéo y occupant désormais une place centrale.
  • L’accélération du recours au e-commerce, notamment pour les achats alimentaires.
  • Une hausse du temps passé à jouer aux jeux vidéo et à regarder de l’e-sport.
  • L’émergence de nouvelles opportunités sur le digital pour les annonceurs 

Juste avant de commencer, nos équipes de We Are Social, Hootsuite et Kepios souhaitent remercier tous les partenaires qui ont participé à la rédaction de ce rapport, et d’autant plus en ces temps difficiles. Nous aimerions remercier tout particulièrement l'équipe de GlobalWebIndex pour nous avoir partagé les données de leur brillante étude multi-marchés sur le Covid-19.

Vous êtes confortablement installés ? Alors allons-y !

Pour commencer, quelques statistiques 

Vous trouverez tous les graphiques de notre rapport trimestriel dans l’encart ci-dessous. (Si vous rencontrez la moindre difficulté à lire cet encart, cliquez ici.) Mais avant de prendre connaissances de toutes ces données, n’hésitez pas à continuer la lecture de cet article - qui vous aidera à comprendre le sens de tous ces chiffres !

À la une : le digital continue son développement à l’échelle mondiale

Les dernières données nous montrent que, dans le monde, le nombre de personnes utilisant Internet et les réseaux sociaux a augmenté de plus de 300 millions au cours des douze derniers mois - malgré les difficultés à obtenir les données de certains pays en raison de l’épidémie de coronavirus.  

D’après le rapport DataReportal, nous sommes aujourd’hui 4,57 milliards de personnes à utiliser Internet, soit une augmentation de plus de 7% depuis l’année dernière à la même période. Le nombre d'utilisateurs des réseaux sociaux grimpe encore plus rapidement, puisqu’on observe une hausse de plus de 8 % depuis avril 2019, pour atteindre 3,81 milliards. 

A l’échelle mondiale, l’utilisation des réseaux sociaux n’a pas encore atteint un taux de pénétration de 50%, mais les dernières tendances suggèrent que nous devrions franchir ce palier avant la fin de l'année 2020.

Le nombre de personnes utilisant des téléphones portables a également progressé - leur nombre dans le monde ayant augmenté de 128 millions au cours des douze derniers mois. Selon GSMA Intelligence, au début du mois d’avril, 5,16 milliards d'utilisateurs uniques de téléphones portables ont été recensés, ce qui signifie qu'environ deux tiers de la population mondiale totale utilisent aujourd'hui un téléphone portable.

L'utilisation d'appareils connectés grimpe en flèche

Une étude détaillée du GlobalWebIndex révèle que, partout dans le monde, les gens passent beaucoup plus de temps sur leurs écrans depuis la mise en place du confinement. 

Dans les pays étudiés, plus des trois quarts des internautes (76 %) âgés de 16 à 64 ans déclarent avoir passé plus de temps à utiliser leur smartphone au cours des dernières semaines qu'avant la période de confinement.

Sans grande surprise, plus d'un tiers des internautes (34 %) des 17 pays couverts par cette même étude déclarent passer plus de temps à regarder des émissions de télévision et des films grâce aux services de streaming proposés sur Internet. 

D'autres données viennent confirmer cette constatation : le réseau américain AT&T signale en effet que la fréquentation de la plateforme Netflix a atteint des sommets historiques pendant le confinement américain. 

Par ailleurs, de plus en plus de personnes s’inscrivent aux services de streaming, comme par exemple Disney Plus qui affiche une croissance impressionnante de ses nouveaux abonnements au cours des trois premiers mois de 2020. Le lancement récent de la plateforme en Europe et en Inde a contribué à faire grimper le nombre d'abonnés à plus de 50 millions en seulement cinq mois, tandis que la plateforme a presque doublé sa base d'abonnés depuis le début de l'année 2020.

L’utilisation des réseaux sociaux explose 

L'une des tendances les plus évidentes de ces dernières semaines a été l'augmentation spectaculaire de la socialisation via les plateformes numériques - que ce soit pour échanger avec la famille, les amis, les collègues ou les clients.

Ce n'est pas surprenant, puisqu’avec autant de personnes qui cherchent à lutter contre l’isolement social, les plateformes digitales apparaissent peu à peu comme notre unique chance de communiquer avec le monde extérieur.

Près de la moitié des internautes interrogés (47 %) déclarent passer plus de temps à utiliser les réseaux sociaux de manière générale. 

Cette hausse a été plus prononcée chez les jeunes, mais un tiers des internautes âgés de 45 à 64 ans ont également déclaré à GlobalWebIndex qu'ils passaient plus de temps à utiliser les réseaux sociaux pendant le confinement.

En outre, les femmes ont eu plus tendance à avoir augmenté leurs activités Social Media que les hommes : près de deux tiers des femmes âgées de 16 à 24 ans déclarent avoir passé plus de temps sur diverses plateformes sociales ces dernières semaines.

Bien que l’archipel consacre déjà plus de temps aux réseaux sociaux que n’importe quel autre pays, Les Philippines comptent le plus grand nombre de personnes faisant mention d’une augmentation du temps passé sur les plateformes sociales. 

Le 18 mars, lors d'une conférence de presse, Mark Zuckerberg a annoncé que le nombre d’appels passés via WhatsApp et Facebook Messenger avait doublé depuis que les pays européens avaient entamé leur période de confinement.

Par ailleurs, certains pays ont connu une augmentation des appels passés via les réseaux sociaux encore plus impressionnante . En Italie - l'un des premiers pays occidentaux à avoir connu un confinement total - le nombre d'appels passés sur Facebook Messenger regroupant trois utilisateurs ou plus a augmenté de plus de 1000 % rien qu'en mars, tandis que les gens à travers le pays ont également augmenté leur temps passé sur les applications appartenant à Facebook de plus de 70 % depuis le début de la quarantaine.

App Annie rapporte également que le temps passé sur Snapchat et TikTok a considérablement évolué au cours de ces dernières semaines, au même titre que Reddit, qui a également signalé une augmentation de 20 à 50 % de sa fréquentation.

Les réseaux sociaux connaissent une forte croissance du nombre de leurs utilisateurs actifs 

A toutes ces données s’ajoutent l’augmentation générale de la base d’utilisateurs actifs des différentes plateformes sociales que nous suivons dans nos différents Digital Reports.  

Parmi ces plateformes, Twitter est celle qui a connu la plus grande progression trimestrielle. Les chiffres publiés par l'entreprise montrent que les annonceurs peuvent atteindre jusqu’à 47 millions de personnes de plus sur Twitter aujourd'hui par rapport à janvier 2020, ce qui équivaut à une augmentation de 14 % par rapport au trimestre précédent.

L'audience publicitaire de Facebook a également augmenté au cours des trois premiers mois de 2020, et a progressé d’environ 4 % depuis janvier (voir ci-dessous). L'audience d'Instagram évolue encore plus rapidement, enregistrant une hausse de 4,5 % depuis le début de l'année, tandis que Snapchat affirme que l'audience publicitaire de sa  plateforme a augmenté de 4,2 % au cours de la même période.

L’appel vidéo : l'avenir des réseaux sociaux ?

En plus du "portefeuille" habituel d'applications sociales, les internautes se sont également tournés vers de nouvelles plateformes afin de relever les défis uniques que la pandémie a engendré. De fait, les plateformes de visioconférence ont rapidement intégré la vie professionnelle et personnelle de nombreuses personnes.

Malgré les inquiétudes persistantes concernant la protection de la vie privée, le service de téléconférence Zoom apparaît comme le grand gagnant, la société révélant qu'elle a eu jusqu'à 200 millions d'utilisateurs actifs par jour ces dernières semaines - soit 20 fois plus qu’en période pré-pandémique. 

Les derniers rapports d'App Annie révèlent également que Zoom était l'une des dix applications les plus téléchargées dans le monde en mars 2020 - l'application ayant cumulé un plus grand nombre de téléchargements que Netflix.

Mais Zoom n'est pas la seule application d'appel vidéo prisée ces dernières semaines. App Annie rapporte également que l'application “Meet” de Google (connue jusqu'à alors sous le nom de “Hangouts Meet”) a enregistré 30 fois plus de téléchargements aux États-Unis dans la semaine du 15 au 21 mars qu’en période pré-pandémique. Les téléchargements de l'application ont également augmenté de façon spectaculaire en Europe - l'Italie enregistrant 140 fois plus de téléchargements, l'Espagne 64 fois plus et le Royaume-Uni 24 fois plus.

Houseparty fait également partie des grands vainqueurs, surtout auprès des jeunes utilisateurs. App Annie rapporte que le nombre de téléchargements de l'application Houseparty en Espagne a été multiplié par 2 360 dans la semaine du 15 au 21 mars. En Italie, l’utilisation de cette application a été multipliée quant à elle par 423, tandis que le Royaume-Uni, qui est parti d'une base plus élevée d'utilisateurs existants, a quand même vu ses téléchargements être multipliés par 17.

Il n'est pas vraiment évident de savoir dans quelles mesures ces nouveaux comportements se poursuivront une fois que le confinement aura été levé, mais comme de nombreuses personnes utilisent désormais ces plateformes plusieurs fois par jour, il est probable qu'un nombre important de ces utilisateurs continueront à les adopter.

Les annonceurs peuvent désormais toucher plus de 2 milliards de personnes sur Facebook

Les derniers chiffres publiés par Facebook révèlent que les annonceurs sont désormais en mesure de toucher plus de 2 milliards de personnes dans le monde entier sur la plateforme principale de l'entreprise - c'est la première fois que nous constatons de tels chiffres d'audience.

De plus, il n'y a pas que l'audience de la plateforme qui a augmenté : les utilisateurs de la plateforme cliquent aussi sur un plus grand nombre de publicités.

Les gens n'attendent pas des marques qu'elles cessent de faire de la publicité

Une étude du GlobalWebIndex montre que plus de la moitié des internautes (51 %) approuvent le fait que les marques continuent à faire de la publicité malgré l'épidémie de coronavirus. Un peu moins d'un tiers (31 %) déclarent qu'ils n'approuvent ni ne désapprouvent. 

Ces résultats sont corroborés par une étude de Kantar, révélant que seuls 8 % des gens pensent que les entreprises devraient cesser de faire de la publicité, contre 64 % trouvant acceptable pour les marques de continuer à diffuser des messages commerciaux.

Les perceptions varient également considérablement selon les pays, même s'il est intéressant de noter que les sondés en Italie et en Espagne - deux pays qui ont été particulièrement touchés par la crise actuelle - semblent être plus favorables à ce que les marques continuent à faire de la publicité.

Le Gaming comme choix de premier ordre dans un monde confiné

Les jeux vidéo ont été très populaires chez les personnes confinées souhaitant tromper l’ennui pendant la pandémie du coronavirus. Les données du GlobalWebIndex montrent que - même avant la période actuelle de confinement - 4 internautes sur 5 dans le monde jouaient déjà aux jeux vidéo.

Dans le même temps, de nouvelles données de l'App Annie montrent que les téléchargements hebdomadaires de jeux mobiles en mars 2020 ont bondi de 30 % par rapport aux moyennes hebdomadaires du dernier trimestre de 2019, les utilisateurs du monde entier téléchargeant plus d'un milliard de jeux chaque semaine.

Au total, les utilisateurs de mobiles ont téléchargé plus de 13 milliards de jeux au cours des trois premiers mois de cette année, et ont dépensé près de 17 milliards de dollars en jeux mobiles et en achats intégrés au cours de la même période - une augmentation de 5 % des dépenses au cours des trois derniers mois de 2019.

Le GlobalWebIndex constate également que plus d'un tiers des internautes âgés de 16 à 64 ans ont passé plus de temps à jouer à des jeux vidéo au cours des dernières semaines. Cette tendance est particulièrement notable chez les jeunes utilisateurs, 43 % des hommes âgés de 16 à 24 ans déclarant qu'ils passent plus de temps à jouer.

Nous ne nous contentons pas de passer plus de temps à jouer ; les recherches de GlobalWebIndex montrent également que 10 % des internautes du monde entier passent plus de temps à regarder du esport. 

Ce chiffre s'élève même à plus de 20 % pour les internautes indiens, ce qui pourrait représenter une énorme opportunité sur l'un des plus grands marchés Internet du monde si cet intérêt accru pour l'esport se poursuit dans un monde post-confinement.

L'influence croissante du mobile

Les dernières données du GlobalWebIndex montrent que la part du mobile dans le temps total consacré à l'usage d'internet a encore augmenté au quatrième trimestre 2019, et les appareils mobiles représentent désormais plus de 51 % de nos vies connectées. Toutefois, ces données ont été recueillies avant l'actuelle épidémie de coronavirus, et les données plus récentes (non publiées) de la société indiquent que les habitudes des gens en confinement vont permettre d'étendre encore l'avance du mobile.

Ce résultat est corroboré par les données de l'agence App Annie, qui montrent que le temps passé par les personnes à utiliser des appareils mobiles au cours des trois premiers mois de 2020 a augmenté de 20 % par rapport à la même période l'année dernière.

La société rapporte également qu'en Chine - le premier pays à avoir imposé un confinement massif pour contenir la propagation du coronavirus - les utilisateurs de téléphones portables ont passé en moyenne 5 heures par jour à utiliser des applications au cours des trois premiers mois de 2020, ce qui représente une augmentation de 30 % par rapport aux niveaux observés au début de 2019. L'Italie a connu une tendance similaire, les utilisateurs passant plus de 10 % de temps en plus dans les applications pendant tout le premier trimestre.

Une autre tendance intéressante dans le domaine de la téléphonie mobile a été l'augmentation marquante du trafic web associé aux appareils iPhone. Les données de Statcounter montrent que les appareils équipés d'iOS d'Apple ont régulièrement gagné des parts de trafic web au cours des six derniers mois, passant de 22 % en octobre 2019 à 27 % en mars 2020.

Cependant, il convient de noter que les gens passent également plus de temps à utiliser leur ordinateur portable et leur ordinateur de bureau. Tous les moyens sont bons pour s’occuper en ces temps de confinement.

Le monde se tourne vers le e-commerce pendant le confinement 

Près de la moitié des internautes interrogés par le GlobalWebIndex début avril ont déclaré qu'ils passaient plus de temps à faire des achats en ligne ces dernières semaines, mais il existe des différences intéressantes entre les comportements des différents sexes et groupes d'âge.

Plus de la moitié des internautes de 25 à 44 ans dans les 17 pays couverts par l'enquête déclarent avoir passé  plus de temps à faire des achats en ligne ces dernières semaines, les hommes en particulier.

Au niveau national, la Chine est le pays qui a connu la plus forte augmentation du temps passé à faire des achats en ligne, ce qui est d'autant plus impressionnant car la Chine a déjà l'un des taux d'adoption du e-commerce les plus élevés au monde.

C'est dans la catégorie de l'alimentation et de l'épicerie que l'intérêt pour le e-commerce a le plus augmenté, GlobalWebIndex ayant constaté qu'un tiers des internautes avaient fait davantage d'achats en ligne dans ce secteur en raison du confinement dans leur pays.

Cela s'est traduit par une augmentation significative du trafic sur les sites web des supermarchés également. ContentSquare a rapporté une augmentation de 251 % des visites sur les sites web de supermarchés entre le 8 et le 15 avril, par rapport au trafic hebdomadaire moyen au début de l'année 2020. L'entreprise a également fait état d'une augmentation de 76 % des transactions sur les sites web de supermarchés au cours de la même période, par rapport aux niveaux d'avant confinement.

Ces conclusions sont reprises dans le dernier classement des meilleurs sites web du monde établi par Alexa, qui montre que les sites e-commerce occupent actuellement 6 des 20 premières places. Il est intéressant de noter que 5 d'entre eux sont des sites chinois, le Tmall d'Alibaba représentant deux domaines distincts dans le top 10.

Bien que cela ne soit peut-être pas surprenant étant donné l'ampleur du confinement en Chine, cela suggère que le déplacement du centre de gravité d'Internet que nous avons couvert dans nos rapports d'octobre 2019 et de janvier 2020 se poursuit, et que cette tendance pourrait même s'accélérer.

Malheureusement, une histoire très différente s'est déroulée dans le secteur des voyages. ContentSquare rapporte que le trafic sur les sites web liés au tourisme a diminué de 72 % ces dernières semaines par rapport aux niveaux d'avant l'apparition du COVID-19. Pire encore, la société rapporte que les transactions sur les sites web liés au tourisme sont presque complètement nulles, enregistrant une baisse de 92 % dans la semaine du 15 avril par rapport à la moyenne hebdomadaire du début de l'année 2020.

Cependant, malgré ces statistiques sombres, les recherches du GlobalWebIndex offrent une petite lueur d'espoir : certaines personnes ont utilisé leur temps d'enfermement pour explorer et planifier des vacances - même si elles sont reportées dans un futur plus lointain. 

Il sera également intéressant de voir l’évolution de ces tendances e-commerce dans le monde post-COVID. S'il est presque certain que les gens reviendront dans les magasins physiques une fois que la phase actuelle de confinement prendra fin, il y a aussi de fortes chances que certains de nos nouveaux comportements d’achats en ligne perdurent.

Les consommateurs semblent en effet disposés à conserver certaines de leurs nouvelles habitudes. Une étude de Kantar a montré que 42 % des Chinois qui ont commencé à faire des achats en ligne pour la première fois pendant la récente période de fermeture du pays prévoient de continuer à combiner les achats en ligne et hors ligne une fois le confinement levé.

Ce que le monde a cherché en période de confinement

Il n'est peut-être pas surprenant que Google ait constaté une augmentation considérable des recherches liées aux coronavirus au cours des dernières semaines. "Coronavirus" était la troisième requête la plus fréquemment saisie sur l'ensemble du premier trimestre, mais la requête est arrivée en tête du classement en mars, générant plus de deux fois plus de recherches que le terme permanent le plus utilisé, "Google". 

(Pour contextualiser, "Google" est généralement la première requête de recherche parce que les gens tapent le mot dans la barre d'adresse de leur navigateur, mais ne complètent pas l'URL avec le ".com" suivant, de sorte que lorsqu'ils appuient sur la touche Entrée, Google traite le mot comme un terme de recherche plutôt que comme une adresse web).

Pendant ce temps, les recherches pour "corona" se sont classées en troisième position dans le classement des recherches de mars - devant Facebook - tandis qu'un total de quatre requêtes liées aux coronavirus figuraient dans le top 20.

Le classement des requêtes en fonction de l'augmentation mensuelle du volume de recherche est encore plus révélateur, avec 16 des 20 premiers termes "en hausse" en mars 2020 directement liés au coronavirus, et trois autres étroitement liés à la pandémie et à ses conséquences. 

Le seul terme dans la liste "montante" des termes tendance de Google pour le mois de mars qui n'est pas associé à l'épidémie de Covid-19 est "hantavirus". Il semble que les recherches pour cette requête aient augmenté ces dernières semaines après qu'un homme en Chine soit mort après avoir été infecté par ce virus, mais - malgré la panique qui a suivi sur les médias sociaux - les conseils du Centre pour le contrôle et la prévention des maladies américain suggèrent que la maladie restera probablement rare chez l'homme.

Et s'il n'y avait pas eu le COVID-19...

Les tendances que nous avons identifiées dans le rapport de ce trimestre ont clairement été dominées par des changements de comportement qui peuvent être directement attribués à la pandémie de coronavirus. Cependant, il y a d'autres tendances que nous avons suivies et qui, dans d'autres circonstances, auraient davantage retenu notre attention.

L'utilisation des interfaces vocales continue de se développer, en particulier sur les appareils mobiles. 45 % des internautes disent maintenant utiliser la recherche vocale et les commandes vocales chaque mois, contre 43 % en janvier. En outre, l'utilisation des interfaces vocales s'étend maintenant à plus de la moitié des internautes en Inde, en Chine, en Indonésie, au Mexique et en Turquie. Ces cinq pays représentent l'une des plus grandes populations d'internautes au monde, avec plus de 40 % du total des utilisateurs mondiaux.

Malgré le mythe persistant selon lequel les Millennials et les Gen Z n'utilisent pas les mails, les dernières données du GlobalWebIndex montrent que l'utilisation du courrier électronique reste élevée dans toutes les tranches d'âge. De manière critique, environ trois quarts des internautes âgés de 16 à 24 ans déclarent avoir utilisé un service de webmail pour lire ou envoyer des e-mails au cours du mois dernier.

Les inquiétudes concernant l'utilisation abusive des données continuent de croître dans le monde entier. 65 % des internautes âgés de 16 à 64 ans interrogés par le GlobalWebIndex disent s'inquiéter de la manière dont les entreprises utilisent leurs données personnelles, contre 64 % en janvier.

Les jeunes utilisateurs sont les plus grands utilisateurs d'outils de blocage des publicités, les hommes sont considérablement plus susceptibles d'utiliser ces outils que les femmes.

Et pour la suite ?

Personne ne sait combien de temps la pandémie de Covid-19 va continuer à affecter nos vies, il est donc difficile de donner des conseils sur les prochaines étapes. Cependant, voici ce à quoi on peut s'attendre :

  • L'utilisation des services de visioconférence et de téléconférence devrait rester à des niveaux plus élevés qu'avant la pandémie, même une fois que les mesures de confinement auront été levées. En particulier, maintenant que de nombreuses entreprises ont surmonté les obstacles initiaux à l'essai et à la mise en œuvre de ces outils, il est raisonnable de s'attendre à ce qu'ils fassent davantage partie des routines de travail courantes, notamment pour remplacer les "conférences téléphoniques". Cependant, nous pensons que la popularité de la "socialisation en ligne" pourrait s'estomper une fois que les gens seront à nouveau capables de se socialiser dans le "monde réel", en particulier pendant les premières phases de la reprise, lorsque les gens tireront le meilleur parti de la possibilité de quitter leur domicile.

  • Comme beaucoup de personnes ont davantage fait leurs courses en ligne ces dernières semaines, on peut s'attendre à ce que ce nouveau comportement se maintienne à des niveaux plus élevés que ceux que nous avons connus avant le confinement, même si cela fait partie d'une combinaison d'achats en ligne et hors ligne. Cela sera particulièrement important pour les marques de la catégorie des produits frais, qui a connu l'une des plus fortes augmentations du e-commerce au cours des dernières semaines.

  • Alors que les entreprises continuent à lutter contre l'impact économique des mesures de confinement, les budgets publicitaires pourraient mettre plusieurs mois à revenir aux niveaux d'avant la pandémie. En conséquence, les marques et leurs agences partenaires devront expérimenter des activités plus rentables, en mettant l'accent sur la distribution de produits biologiques, ainsi que sur des canaux et des formats publicitaires susceptibles d'apporter des bénéfices tangibles. La créativité jouera également un rôle particulièrement important, d'autant plus que l'humeur générale fluctue pendant les reprises et les éventuelles récidives de l'épidémie.

  • Si les sports conventionnels et les manifestations sportives continuent d'être suspendus au-delà du milieu de l'année, l'esport pourrait susciter un intérêt accru de la part des sponsors et des sociétés de jeux de hasard. Bien qu'il soit peu probable que l'esport remplace un jour des sports plus "physiques", les marques qui expérimentent aujourd'hui des activités liées aux sports en ligne seront probablement mieux placées si cette opportunité se prolonge.

Et enfin...

Parmi toutes les autres tendances de croissance que nous avons suivies ces dernières semaines, il y en a une à laquelle nous ne pouvons pas échapper. Plus précisément, une augmentation sans précédent de l'utilisation du mot "sans précédent" par les journalistes a entraîné une croissance sans précédent du nombre de personnes recherchant le mot "sans précédent". Heureusement, il y a une solution facile.